Jonathan Ikoné

Ligue des champions : Jonathan Ikoné s'est racheté en une frappe

Publié le , modifié le

C'est Jonathan Ikoné qui a ramené, quasiment à lui seul, l'unique point de Lille lors de la phase aller de la Ligue des champions. L'international français lance ainsi sa saison en club, lui qui était jusque-là seulement performant en sélection.

Un beau but, planté à la 94e minute d'un match-couperet que son club était parti pour perdre. Quelle meilleure façon de lancer une saison ? Jonathan Ikoné n'est peut-être plus le même depuis qu'il a perdu son compère d'attaque Nicolas Pépé  (parti à Arsenal cet été). Mais il a gardé sa vista. Et cela s'est vu face à Valence. Alors que son club n'avance plus vraiment en Ligue 1, ce but pourrait en faire le sauveur non seulement du match, mais de l'automne lillois. Il reste simplement - ou pas - à confirmer. 

Ikoné a-t-il fait le deuil de Pépé ?

Rappelez-vous. Les week-ends de Ligue 1 l'année dernière étaient tous rythmés par ce même air endiablé : Ikoné-Bamba, Ikoné-Pépé, ou encore Bamba-Pépé... Le trio magique de Lille avait fait exploser de nombreuses défenses. Ils étaient les principaux artisans de la belle place de dauphin du club nordiste. Mais cet été, avec le départ de Nicolas Pépé, tout a changé. Et les deux premiers concernés, Jonathan Bamba et Ikoné, en ont pâti. Ce dernier n'a notamment plus du tout eu le même rendement. Jonathan Ikoné n'a ainsi marqué qu'un but et effectué 0 passe décisive en dix matches de Ligue 1...Soit un monde de différence par rapport à ses standards de l'année passée, quand il avait fini avec neuf passes décisives au compteur. Couplé à l'avènement de Victor Osimhen et de Luiz Araujo, il n'était pas étonnant de voir Jonathan Ikoné débuter sur le banc ce mercredi pour affronter Valence. 

à voir aussi Equipe de France : Jonathan Ikoné, talent pressé Equipe de France : Jonathan Ikoné, talent pressé

Peut-être fallait-il simplement un déclic. Après tant de réussite avec ses deux partenaires Bamba et Pépé, il est difficile de changer d'environnement. Demandez donc à Nicolas Pépé lui-même, qui peine à s'imposer dans son nouveau club d'Arsenal. N'est-ce pas avant tout un blocage mental ? Si c'est le cas, il est bien possible que ce but face à Valence soit le début d'une nouvelle dynamique. Il fallait éventuellement qu'il fasse le deuil de son Bip Bip (le surnom que l'on donnait à leur trio d'attaquants) pour apprendre à voler de ses propre ailes.  

Pour qu'Ikoné revienne, c'est Lille qui doit redécoller

Mais l'attaquant lillois n'est pas le seul responsable de son mauvais début de saison : son club l'est aussi. Il n'y a qu'à voir ses performances en équipe de France. La confiance de Didier Deschamps semble lui donner des ailes. Et ses rentrées ont toutes été plutôt convaincantes (il a notamment marqué dès son premier match face à l'Albanie) bien plus en tout cas que ses performances à Lille. 

Pour Christophe Galtier, il s'agit avant tout de lui-même. Jonathan Ikoné tenterait d'en faire trop, cherchant coûte que coûte à retrouver la grâce de l'an passé. Mais le problème vient peut-être aussi du club. Lille n'avance plus cette saison. Face à Nîmes et Toulouse, leurs deux derniers matches de Ligue 1, la fébrilité défensive a tué dans l'oeuf toutes les bonnes intentions offensives que pouvaient avoir les attaquants. Ce mercredi, face à Valence, Galtier a peut-être trouvé un début de solution. Son changement tactique s'est avéré plus que payant au vu de la puissance offensive déployée face aux Espagnols (et malgré des ratés dans la finition). Peut-être qu'il faudra réitérer ces dispositions pour que les deux feux follets lillois retrouvent leur lustre. L'un d'eux, Jonathan Ikoné, est en tout cas définitivement sur la bonne voie.