Harry Kane tacle le ballon devant la Juventus
Harry Kane tacle le ballon devant la Juventus | AFP - Ian KINGTON / IKIMAGES

Ligue des Champions - Harry Kane n'a pas sauvé Tottenham face à la Juventus

Publié le , modifié le

Invaincu depuis le début de l'année 2018, Tottenham a chuté au plus mauvais moment, lors du 8e de finale retour à Wembley contre la Juventus (2-1). Un match dans lequel Harry Kane, l'habituel serial-buteur, n'a pas fait trembler les filets turinois. Malgré trois occasions (deux en 1re période, 1 en fin de match), l'international anglais est resté muet, pour le deuxième match de suite. Pour une fois, son réalisme n'a pas été supérieur à celui d'une Juventus intraitable en la matière.

Qui a marqué plus de buts dans l'année 2017 que Lionel Messi ou Cristiano Ronaldo ? Harry Kane. Qui a marqué plus de buts en Premier League que Kun Agüero, le goaleador de Manchester City, la plus prolifique attaque d'Angleterre (83 buts) ? Harry Kane. A seulement 24 ans, l'attaquant anglais de Tottenham fait moins de bruit que ses rivaux, plus médiatisés, mais son rendement est incroyable.

Depuis le début de la saison, il a inscrit 24 buts en 28 matches de championnat, soit trois de plus qu'Aguero et autant que Mohamed Salah (Liverpool). Autant que Lionel Messi avec le FC Barcelone en 27 rencontres de Liga, qu'Edinson Cavani avec le PSG (24 en 25 matches), un de plus que Ciro Immobile (23 en 24 matches), le meilleur buteur de la Série A italienne. "C'est l'un des meilleurs du monde, il marque contre toute le monde", lui rendait hommage Arsène Wenger, après avoir perdu un match sur un but de Kane avec Arsenal. Bref, il est un buteur de premier plan. C'est aussi le symbole d'un projet ambitieux de Tottenham. Un nouveau stade de plus de 62 000 spectateurs achevé pour la saison prochaine, un centre d'entraînement ultra-moderne, et un effectif qui se construit patiemment, mais intelligemment, autour de lui. Son président, Daniel Levy, achète toujours moins ou autant qu'il ne vend.

Un poteau à la 90e minute

A Turin, lors du match aller, il avait sonné la révolte en réduisant la marque avant que son équipe décroche un nul (2-2). Le sauveur, son habit est habituel désormais. Unique buteur à Crystal Palace ou contre Arsenal, il n'a pas revêtu le bon vêtement ce mercredi soir à Wembley. Pourtant, il a eu deux belles opportunités. A la 15e minute, dans une réplique de son oeuvre à Turin, il avait dribblé Buffon mais n'avait pas pu redresser le ballon. A la 34e minute, sa frappe enroulée a frôlé le montant opposé. Dans la nasse turinoise, entre les rugueux Chiellini et Benatia, il a beaucoup bougé, mais n'a jamais pu refaire de différence. Malgré une tête qui est venue heurter le poteau à la 90e minute, sans rentrer.

Le symbole d'un manque de réalisme qui n'est pas dans ses habitudes. Harry Kane comme son équipe de Tottenham ne sont pas encore invités dans la cour des très grands européens. 

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze