Ligue des Champions : Erling Haaland, l'assassin court toujours

Publié le , modifié le

Auteur·e : Andréa La Perna
Erling Haaland

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Assassin du Paris Saint-Germain mardi en huitième de finale aller de la Ligue des Champions (2-1), Erling Haaland a continué de battre des records de précocité grâce à un doublé. Mais au-delà des chiffres, le prodige norvégien a surtout prouvé qu'il était bien plus qu'un serial buteur. Extrêmement rapide et technique, il sait également participer au jeu.

Son recrutement cet hiver avait suscité quelques inquiétudes du côté de la capitale. Erling Haaland les a pleinement justifiées mardi soir en huitième de finale aller de la Ligue des Champions. Auteur des deux buts du Borussia Dortmund contre Paris (2-1), le Norvégien n’en finit plus de secouer la planète football. Du haut de ses 19 ans et de son mètre 94, il a déjà inscrit 10 buts en C1 cette saison. Il en est par ailleurs à 11 avec le BVB (en 7 matches), et 39 toutes compétitions confondues, en comptant son début de saison avec le RB Salzbourg.

Il faudra redouter toute l’équipe, ça ne se jouera pas que sur un seul joueur. C’est un très bon attaquant et il faudra être vigilant”, disait Presnel Kimpembe avant la rencontre. Si l’international français avait bien sûr raison de souligner la force de frappe collective de Dortmund, lui et ses deux compères de la défense n’ont pas réussi à museler la terreur norvégienne. Et pourtant, il avait alerté les Parisiens à plusieurs reprises avant de trouver le chemin des filets.

Plus qu'un buteur

En mode diesel, Haaland est sorti de l’ombre à la demi-heure de jeu. Trouvé par Jadon Sancho dans la profondeur, il trouve d’abord le petit filet extérieur grâce à un enchaînement conclu par une frappe du gauche très rapide (34’). Une minute plus tard, il effleure un centre du même Sancho (35’). Puis, il est à deux doigts d’être en position idéale pour transpercer Keylor Navas, mais Marco Verratti vient retarder l’échéance (37’). Si à la pause, on peut être déçu de la prestation du jeune norvégien, il montre encore une fois qu’il n’est pas qu’un buteur.

Capable d’éliminer un défenseur en un contre un, il a à chaque fois été frustré par le retour d’un deuxième adversaire. Il tombe encore sur Verratti en début de seconde période après avoir récupéré le ballon dans les pieds de Kimpembe (49’), et l'avoir mis dans le vent. En dépit de son gabarit imposant, Haaland est un joueur technique donc, mais également très rapide quand il est lancé. Sky Italia s'est amusé à le chronométrer sur 60 mètres ce mardi soir. D'après la chaîne italienne, il a couvert la distance en 6''64, soit à seulement 9 centièmes du record de Norvège (sauf qu'il n'était pas arrêté au départ).

Si sur son premier but il se montre opportuniste après un coup de billard dans la surface (65’), le second a montré deux choses. D’une part, sa frappe est chirurgicale, même à plus de 20 mètres. Demandez à la lucarne de Navas (77’). Et sur ce but, le Norvégien était également à la base de l’animation, grâce à un décrochage, suivi d’une remise. Certains avaient encore quelques doutes à propos d'Erling Haaland. Sa prestation contre Paris ce mardi a sans doute fini de convaincre les plus sceptiques. D'un point de vue purement factuel, inscrire 10 buts en Ligue des Champions pour sa première participation est un exploit phénoménale. A 19 ans et 6 mois, il est devenu le 2e joueur le plus jeune à atteindre le fatidique pallier... Derrière un certain Kylian Mbappe, qui, de son côté, sortira frustré de ce match aller.