Cristiano Ronaldo sous le maillot de la Juventus
Cristiano Ronaldo sous le maillot de la Juventus | AFP

Ligue des champions : Cristiano Ronaldo, le bourreau de l'Atlético

Publié le , modifié le

Cristiano Ronaldo sur un terrain n'est jamais bon signe pour l'équipe adverse. Un club en fait particulièrement les frais depuis des années : l'Atlético Madrid. Impitoyable à chaque élimination directe en Ligue des champions, le Portugais s'est toujours chargé de briser le rêve européen des Colchoneros, quelque soit la couleur de son maillot. Les hommes de Diego Simeone retrouvent ce mercredi leur bourreau sur la pelouse du Wanda Metropolitano, pour affronter la Juventus à 21h. Retour sur les 4 confrontations qui ont marqué le club.

Finale 24 mai 2014 : l'ascenseur émotionnel

Cristiano Ronaldo célèbre la victoire du Real Madrid
Cristiano Ronaldo célèbre la victoire du Real Madrid © MIGUEL RIOPA / AFP

Une finale qui avait pourtant très bien commencé à Lisbonne pour l'Atlético face au Real Madrid. Diego Godin ouvre le score à la 36ème minute de la tête en trompant Iker Casillas. Aux anges, les coéquipiers de l'Uruguayen célèbrent avec lui ce but qui peut être décisif. Cristiano Ronaldo lui, ne tient plus en place. Le visage serré, celui qui n'avait encore remporté qu'une seule Ligue des champions (2007-2008 avec Manchester United) n'a pas dit son dernier mot. Le numéro 7 se procure des occasions, trouve la barre transversale, pique de la tête et dynamise le jeu. Le suspens tiendra plus de 90 minutes. Alors que la finale entre dans les dernières minutes du temps additionnel, Sergio Ramos marque de la tête sur un corner de Modric et relance le match. La douche froide pour les hommes de Diego Simeone ne fait que commencer. Les prolongations débutent et le supplice aussi. Gareth Bale puis Marcelo alourdissent le score à la 110e et 118e minute. Le sort des Colchoneros est fixé mais hors de question pour l'attaquant portugais de ne pas avoir son moment de gloire. Sur une faute de Diego Godin, unique buteur de son équipe, "CR7" s'offre un pénalty et le quatrième but. Il clôt le festival Merengues et marque le début d'un traumatisme pour l'Atlético.

Finale 28 mai 2016 : le dernier tir destructeur

Cristiano Ronaldo retire son maillot après le tir au but de la victoire
Cristiano Ronaldo retire son maillot après le tir au but de la victoire © GERARD JULIEN / AFP

Après une élimination en quart de finale par, une fois de plus, la Maison Blanche en 2015, l'Atléti a retrouvé du poil de la bête. C'est le grand jour, les coéquipiers d'Antoine Griezmann tiennent enfin leur revanche. Même affiche mais 2 ans plus tard, à Milan. Pourtant le doute s'installe rapidement, au premier but de Sergio Ramos à la 15e minute. La tension commence à monter lorsque d'Antoine Griezmann rate un pénalty qui aurait permis d'égaliser. Heureusement, Yannick Carrasco soulage les siens à la 79e minute et redonne de l'espoir. Sur ses appuis, prêt à bondir, Cristiano Ronaldo est intenable. Entrés en prolongations, les joueurs ne contrôlent plus leurs nerfs. C'est dans un jeu bloqué que l'arbitre siffle finalement les tirs aux buts. Après trois premières réussites, Juanfran éloigne son équipe du rêve européen en frappant sur le poteau. Mais ce n'est pas fini. Il reste un tir côté Real Madrid. Le numéro 7 s'avance, énervé de ne pas avoir marqué plus tôt. Le Portugais prend une longue inspiration, fixe les filets et frappe. Les hommes de Zinédine Zidane sont champions d'Europe. L'international portugais s'empresse d'enlever son maillot, crier sa victoire, comme pour rappeler aux Colchoneros que la victoire lui appartient. 

Demi-finale 02 mai 2017 : le triplé parfait

Cristiano Ronaldo célèbre son triplé
Cristiano Ronaldo célèbre son triplé © GERARD JULIEN / AFP

Deux finales perdues contre le Real Madrid en Ligue des champions, mais le pire reste à venir. Les rivaux madrilènes se confrontent à nouveau, cette fois-ci en demi-finale. Le match aller est au Santiago-Bernabeu et l'effectif de Diego Simeone compte bien y ramener des points. Mais Cristiano Ronaldo en a décidé autrement. Déchaîné, le talent du Portugais a de nouveau frappé. Dès la 10e minute de jeu, l'incroyable détente de l'attaquant offre le premier but aux Merengues, d'une tête piquée. Et le festival "CR7" ne fait que commencer. Au meilleur de sa forme, le quintuple Ballon d'Or brille sous les yeux des supporters madrilènes en admiration. Proche de la surface de réparation, le numéro 7 récupère une passe de Karim Benzema, jongle et frappe du droit sans trembler. Il signe son doublé à la 73e minute. Tel un bourreau sans pitié pour sa victime, Ronaldo n'est pas rassasié. Une action collective lui permet de s'offrir un triplé, 13e minute plus tard, devant un Antoine Griezmann impuissant. Une fois de plus l'Atlético Madrid s'écroule dans le dernier carré européen, face à un "CR7" intenable.

Huitième de finale 12 mars 2019 : remake cauchemardesque

Cristiano Ronaldo s'offre de nouveau un triplé avec la Juventus
Cristiano Ronaldo s'offre de nouveau un triplé avec la Juventus © GIUSEPPE COTTINI / NurPhoto

Après avoir remporté le match aller 2-0 à domicile, les Colchoneros se voyaient déjà en quart de finale. Mais ils vont de nouveau croiser la route de leur souffre-douleur portugais. Fraîchement débarqué chez la Vieille Dame en juillet 2018 pour un montant de 100 millions d'euros, Cristiano Ronaldo a toujours affirmé qu'il était encore en forme (34 ans). Motivant ses troupes, le champion d'Europe fait sensation sur le terrain. Défiant la défense madrilène, l'attaquant sort une nouvelle fois sa botte secrète et marque d'une superbe tête piquée à la 27e minute. Puis le festival reprend de plus belle. D'abord au retour des vestiaires (49e) puis en fin de rencontre sur pénalty (86e). Quasiment certains d'être qualifiés, les hommes de Diego Simeone subissent une nouvelle déception douloureuse. Regardant, impuissants, ce monstre du football qui ne leur a jamais fait de quartier. Ce mercredi, l'Atlético Madrid affrontera de nouveau son plus grand adversaire sur la pelouse du Wanda Metropolitano à 21h.  Les Colchoneros espèrent, cette fois-ci, arrêter la malédiction pour de bon.