Frernando Llorente but qualification
Fernando Llorente, sans forcément le faire exprès, a envoyé Tottenham en demi-finales de Ligue des champions. | ANTHONY DEVLIN / AFP

Ligue des champions : Au bout du suspense et d'un match fou, Tottenham résiste à Manchester City pour filer en demi-finales

Publié le , modifié le

Décidément, cette Ligue des champions n'est pas comme les autres. Au terme d'une rencontre surréaliste, digne des plus grands thrillers, Tottenham a validé son ticket pour les demi-finales ! Battus 4-3 par Manchester City, les Spurs avaient d'abord pu compter sur leur génie sud-coréen, Heung-Min Son, auteur d'un doublé en tout début de partie. Mais si les Citizens avaient réussi à renverser la tendance, c'est finalement un but de la hanche - ou de la main - de Fernando Llorente qui a propulsé Hugo Lloris et ses coéquipiers dans le dernier carré. Une première dans l'histoire du club londonien.

Le match : Un scénario d'anthologie, une issue historique !

Décidément, il était écrit que cette Ligue des champions ne serait pas comme les autres. Dans la longue et belle histoire du football, certains matches restent dans les annales. Ce sont ces rencontres qui font de ce sport et de ce jeu quelque chose de différent. Quand la dramaturgie et la sensation de vivre un moment historique s'en mêlent, on admire la légende qui s'écrit devant nous et on profite tout simplement de l'instant présent. En cette soirée du mercredi 17 avril 2019, Tottenham, mais aussi Manchester City ont inscrit à jamais leurs noms dans l'histoire de la Ligue des champions suite au chef d'oeuvre qu'ils nous ont composé conjointement.

Sterling à la vitesse du Son

Et ce chef d'oeuvre n'a jamais connu la moindre entracte. Comme à l'opéra, cela aurait pu durer éternellement, on aurait été bercé jusqu'au bout. D'ailleurs, dommage pour ceux qui sont arrivés en retard à l'Etihad Stadium ou devant leur télévision. Car ce quart de finale retour est rentré dans l'histoire en seulement onze minutes. Jamais, en Ligue des champions, quatre buts n'avaient été inscrits aussi rapidement en début de partie ! Raheem Sterling a démarré les hostilités d'une sublime frappe enroulée (4e, 1-0) avant qu'Heung-Min Son, le génie sud-coréen des Spurs, ne lui ai répondu d'un magnifique doublé (8e et 10e, 1-2). Ensuite, c'est dans un cafouillage que Bernardo Silva est parvenu à tromper Hugo Lloris après que le ballon ait été dévié (11e, 2-2).

Le plus délirant, dans cette histoire complètement folle, c'est que le destin avait décidé que ça ne s'arrêterait pas après onze minutes. Si les buts ont arrêté de pleuvoir quelques instants, l'une et l'autre poursuivaient sur le même rythme. Et à ce jeu-là, ce sont les hommes de Pep Guardiola qui ont finalement pris l'ascendant. Sterling, encore lui, était à la réception d'un nouveau caviar de Kevin de Bruyne (ndlr : trois passes décisives ce soir) pour permettre à Manchester City de se relancer (21e, 3-2). En même pas une demi-heure de jeu, chacune des deux formations avait déjà renversé l'autre, et chacune s'était retrouvée en situation favorable pour la qualification. C'est à ce moment-là que tout le monde a compris que la soirée allait rester dans les mémoires...

Lloris résiste, le VAR s'invite

Alors que Son n'était pas loin du triplé juste avant la pause, c'est au retour des vestiaires que la rencontre est passé entrée dans une autre dimension. Après le show des attaquants en première période, c'était au tour des gardiens de but de s'illustrer. Hugo Lloris a prouvé encore une fois qu'il était l'un des tous meilleurs portiers du monde. Sur deux actions décisives (50e et 54e), le capitaine des Spurs et des Bleus a sorti les parades qu'il fallait dont l'une, à une main en plein air, était un modèle du genre à montrer dans les écoles de foot. S'il a permis aux Londoniens de rester en vie, Ederson a également empêché de forte belle manière Fernando Llorente (58e) d'inscrire ce troisième but si important. Et d'ailleurs, ce sauvetage est devenu, pendant longtemps, salvateur pour Manchester City qui, grâce à Sergio Aguero buteur et Kevin de Bruyne encore passeur après un slalom incroyable, trouvait le chemin des filets pour la quatrième fois (4-2, 60e). On pensait alors avoir atteint les sommets... Mais non, il était possible d'aller encore plus haut, plus loin dans la folie.

Et dans ces soirées hors du temps, il y a toujours une part de dramaturgie. Ici, elle a été jouée par ce qui se fait de mieux en terme d’ascenseur émotionnel dans le football depuis quelques mois : l’assistance vidéo. Le VAR, une première fois, est intervenu pour permettre à Tottenham de signer un des plus bels exploits de son histoire. De la hanche, ou de la main selon les angles des caméras, Fernando Llorente trompait en effet sur corner le portier brésilien, cette fois-ci impuissant (73e, 4-3). Dans la foulée, les Citizens se lançaient à l'assaut des Spurs... Mais le VAR allait jeter le plus gros "coup de clim" sans doute jamais connu dans le football. Alors que Pep Guardiola courait de partout aux alentours de sa zone technique en réaction au cinquième but des siens, le troisième de Raheem Sterling, la vidéo en décidait autrement. Pour un hors-jeu en début d'action, le but n'était pas validé. On jouait alors la 90e + 3. En l'espace de quelques secondes, le scénario final a provoqué une avalanche d'émotions aux principaux protagonistes. Mais aussi à tous les sympathisants de Tottenham ou de Manchester City. À tous les amoureux et observateurs du football en général. Car ce soir, c'était tout simplement la fête du football.

Le chiffre : 0 pour Guardiola !

Le fait du match : Sacré ascenseur !

La décla' : Pochettino et "ses héros"

Mauricio Pochettino (entraîneur de Tottenham) : "Nous méritons d'être en demi-finales. Mes joueurs sont des héros. Je suis tellement fier d'eux. C'est normal de célébrer comme on l'a fait. Je ne peux pas dire que c'est mon meilleur match. C'est incroyable de battre Manchester City en quart de finale de la Ligue des champions, marquer trois buts ici ce n'est pas facile. Est-ce que c'est le meilleur moment de ma carrière de manager ? Oui, c'est l'un des meilleurs moments. Je suis tellement content de vivre ces soirées-là, ces victoires-là. Je me sens fier. Etant données toutes les circonstances, mes joueurs méritent des louanges. Nous gardons le même état d'esprit, les mêmes idées, la même philosophie. On ne se compare pas à d'autres équipes, mais on voit la réalité. Tottenham veut s'améliorer, pour atteindre le niveau de Barcelone, Manchester City ou du Real Madrid. Nous montrons que tout est possible dans le football, car le football ce n'est pas que le talent, mais aussi le bon caractère et la bonne mentalité."