Ligue des champions : Après son départ brutal, Conceicao déjà de retour en France

Ligue des champions : Après son départ brutal, Conceicao déjà de retour en France

Publié le , modifié le

L'ex-entraîneur du FC Nantes Sergio Conceiçao revient déjà en France, le temps d'affronter Monaco mardi en 2e journée de Ligue des champions aux commandes du FC Porto, son club du coeur, qui l'a débauché cet été aux Canaris en espérant obtenir des résultats aussi probants.

Arrivé en décembre 2016 dans une équipe de Nantes à la dérive et 19e de Ligue 1, le Portugais y avait opéré une révolution faite de rigueur et d'abnégation, pour effectuer une impressionnante remontée au classement s'achevant à la 7e place en fin de saison, aux portes de l'Europe. Puis, quelques jours après la prolongation de son contrat, l'idylle a pris fin brutalement quand Conceiçao n'a pas résisté à l'appel du club qu'il avait représenté en tant que joueur pendant trois saisons, et auquel il vouait toujours son "amour". "Je sais que ce n'était pas bien de partir, notamment pour les supporters du FC Nantes. Je comprends qu'ils soient déçus", a reconnu ce week-end l'ancien international de 42 ans, au micro de BeIN Sports. Toujours est-il que la performance qu'il a réalisée à Nantes, en à peine six mois, lui a conféré une véritable légitimité auprès des dirigeants et des supporters de Porto, club deux fois sacré en Ligue des champions (1987, 2004) mais privé du moindre titre depuis 2013. Au Portugal, son travail est apprécié pour sa capacité à tirer le maximum de ses joueurs, déjà démontrée lors de ses passages sur les bancs de touche lusitaniens, à Olhanense, Guimaraes, Coimbra ou Braga.

Grinta et franc-parler

Il avait également marqué la Ligue 1 de son franc-parler, mais son déplacement à Monaco mardi ne s'annonce pas aisé, car le Portugais ne garde pas un bon souvenir du stade Louis-II, où il a connu sa plus lourde défaite avec Nantes (4-0) face au rouleau compresseur conduit par son compatriote Leonardo Jardim. D'autant que Porto doit vite rebondir en Ligue des champions après la défaite subie à domicile face aux Turcs du Besiktas (1-3), venue gâcher un début de saison exemplaire sur le front domestique. "Nous voulons donner une image de Porto différente de celle contre le Besiktas", a déclaré le coach vendredi, juste après un nouveau carton face à Portimonense (5-2) en championnat. Malgré un recrutement limité par les sanctions infligées cet été par l'UEFA, pour non-respect du fair-play financier, son FC Porto est leader isolé à l'issue de la 7e journée de la Ligue portugaise, une première depuis fin 2015, et ne compte que des victoires. A défaut d'être spectaculaire, le vaisseau bleu et blanc est à l'image de son capitaine: hyperactif. Avec sa discipline de fer et son intensité suffocante, l'équipe de Conceiçao fait preuve d'une "grinta" qui rappelle l'Atlético de Madrid de Diego Simeone, entraîneur argentin que le Portugais a côtoyé en tant que joueur à la Lazio Rome. Ce football fait de sueur n'empêche pas les Dragons de posséder la meilleure attaque du championnat portugais, avec une moyenne avoisinant les trois buts par match, mais aussi la défense la plus imperméable avec seulement trois buts encaissés. Conservant son style de jeu et toute son ambition, Conceiçao n'a pas vraiment changé depuis sa rupture avec Nantes, même s'il a troqué sa doudoune de sport, synonyme de lutte pour le maintien au FC Nantes, contre le costume des soirées européennes du FC Porto.

AFP