Ligue des champions : Après sa qualification, la presse européenne encense Tuchel et félicite l'Atalanta

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
PSG Tuchel Mbappé
Thomas Tuchel félicite Kylian Mbappe lors des quarts de finale de la Ligue des champions entre l'Atalanta, au stade Luz de Lisbonne, le 12 août 2020. | David Ramos / POOL / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Après la qualification du PSG hier face à l'Atalanta Bergame, en quart de finale de la Ligue des champions, la presse européenne a encensé Thomas Tuchel, l'entraîneur des Parisiens et a aussi félicité l'Atalanta pour son beau match. Neymar fait lui aussi la Une de certains médias européens.

"Tuchel a donné à son équipe l'impulsion décisive" : l'entraîneur allemand du Paris Saint-Germain est encensé dans son pays après la qualification du PSG pour le dernier carré de la Ligue des champions face à l'Atalanta, dont l'improbable parcours est salué. Star dans son pays depuis qu'il a entraîné Dortmund, avant son départ pour Paris, Thomas Tuchel est pour la presse allemande le grand artisan de ce renversement de situation.

Bild, le journal le plus lu d'Allemagne, titre sur "La folie Tuchel" et rappelle qu'une "séparation prématurée avec Tuchel (sous contrat jusqu'en 2021, NDLR) n'était pas exclue en cas de défaite". Kicker, la Bible du football allemand, se concentre aussi sur le technicien souabe et note que "l'entrée de Mbappé à l'heure de jeu a changé le match". Avec ce changement, "Tuchel a donné à son équipe l'impulsion décisive pour aller chercher la victoire", écrit Kicker.

"Remontada en trois minutes"

Le Süddeutsche Zeitung choisit un autre angle d'attaque : "Et Choupo-Mouting arriva", en rappelant que le héros du soir, auteur d'une passe décisive et du but de la qualification, est un ancien joueur de Schalke 04. "Jusqu'à la 90e minute, Bergame mène contre le favori Paris et se bat avec courage. Mais après un one-man-show de Neymar, c'est un ancien de Schalke qui fait la décision dans le temps additionnel", insiste le quotidien de Munich.

La presse espagnole a suivi de près la qualification du PSG, puisqu'il pourrait retrouver l'Atlético Madrid en demi-finale en cas de victoire des Colchoneros jeudi contre Leipzig. "'Remontada' en trois minutes : le PSG atteint enfin les demi-finales", souligne le quotidien sportif As, en Une, tout comme Sport qui titre "le PSG fait une remontée miracle en cinq minutes".

à voir aussi Ligue des champions : pour le PSG, une victoire fondatrice dans les têtes Ligue des champions : pour le PSG, une victoire fondatrice dans les têtes

Neymar fait les gros titres aussi, "une fin amère" pour l'Atalanta

La star Neymar fait les gros titres de la presse espagnole. "Neymar survit", titre ainsi Mundo Deportivo, le journal sportif catalan qui a choisi de mettre en avant une photo de joie de l'ex-Barcelonais à sa Une. "Même s'il n'a pas marqué, 'Ney' a été un cauchemar pour la défense adverse", estime le quotidien sportif. En Grande-Bretagne aussi, c'est Neymar qui focalise l'attention. "Il fallait que ce match bascule à cause de Neymar, dans un sens ou dans l'autre. Le joueur le plus cher de l'histoire a joué la majeure partie du match enfermé dans un autre scénario, trouvant des espaces avec aisance, mais tirant au but comme s'il portait des sabots de bois", note The Guardian"Le PSG a souvent été accusé d'être fragile mentalement dans cette compétition par le passé, mais ils n'ont jamais baissé les bras", souligne de son côté le Telegraph.

Sans surprise, la presse italienne a salué le parcours inattendu de l'Atalanta et regretté une défaite "amère" et "cruelle". "Pas comme ça", titre la Gazzetta Dello Sport, pour qui "l'Atalanta a redonné espoir à une ville martyrisée par la pandémie" de coronavirus. "Fiers de vous", renchérit Tuttosport. "Une fin amère", a résumé le Corriere Bergamo, en soulignant que la "Dea" (le surnom de l'équipe) a "tenu et rêvé" pendant 89 minutes, face à une équipe de "stars et de millionnaires" pour qui l'entrée en jeu de Mbappé a été décisive.

à voir aussi "On doutait de la possibilité d'être joyeux" : comment Bergame, épicentre du virus, s'est reconstruite autour du football "On doutait de la possibilité d'être joyeux" : comment Bergame, épicentre du virus, s'est reconstruite autour du football
AFP