L'équipe de l'Ajax Amsterdam
L'équipe de l'Ajax Amsterdam | AFP - Federico Guerra Moran / NurPhoto

Ligue des Champions: Ajax - Lille, face-à-face entre pros de la revente

Publié le , modifié le

Revenu sur le devant de la scène grâce à sa place de demi-finaliste de la dernière Ligue des Champions, l'Ajax Amsterdam s'est encore frayé un chemin jusqu'aux poules de la C1 pour recevoir Lille ce soir (20h45). Les deux clubs ont brillé, durant l'intersaison, par les gros transferts réalisés avec certains de leurs jeunes joueurs talentueux, tout en conservant une ossature constante: 3 joueurs de 30 ans et plus, de nombreux jeunes pour une moyenne d'âge de 23 ans. Mais leur philosophie diffère.

L'Ajax, l'école de la formation

Cela ne date pas d'hier. Mais après avoir connu un creux générationnel et un peu oublié l'essence même de ce qui faisait sa force, l'Ajax Amsterdam a remis la formation au coeur de son projet. Après avoir perdu du talent en vendant trop, le club a repris ses bonnes habitudes, sous l'influence d'un de ses mentors, aujourd'hui disparu, Johann Cruyff. En 2010, il revient dans son club et replace la politique des jeunes au premier plan, avec "De Toekomst" ("L'Avenir"), l'école de formation des jeunes. "Se concentrer sur l'individu. Car c'est en formant des individus d'exception que l'on bâtira une grande équipe."

Cela a pris du temps, mais en remisant sur la formation, autour de 90 bénévoles autour d'Amsterdam et 8 recruteurs, l'Ajax a repris vie. Finaliste de la Ligue Europa en 2017, demi-finaliste de la Ligue des Champions en 2019, l'équipe a retrouvé de la brillance derrière son jeu offensif qui rappelle le "football total" des années 70. Bien sûr, ces faits d'armes ont attisé les convoitises. Frenkie De Jong, parti pour 75 millions d'euros à Barcelone, et le capitaine Matthijs De Ligt, transféré pour 85 millions à la Juventus, ont été les deux départs majeurs de l'été, auxquels il faut ajouter celui du Danois Kasper Dolberg (20 millions) pour Nice. Mais le club a gardé André Onana, Daley Blind, Dusan Tadic, Donny van de Beek, Joël Veltman, Neres, Hakim Ziyech, tout en complétant, comme toujours, leur effectif avec des recrues jeunes venues de partout (Pierie, 19 ans de Heerenveen, Martinez, 21 ans de Defensa en Argentine, Alvarez, 21 ans d'America au Mexique, Marin, 23 ans, du Standard Liège), et plus expérimentées à des postes ciblés (Promes, 27 ans ailier droit, S. De Jong, 30 ans en attaque).

Aujourd'hui, l'équipe ne compte que trois joueurs qui ont 30 ans et 9 de 21 ans et moins, pour un effectif atteignant une moyenne d'âge d'un peu moins de 24 ans. Et les trois trentenaires sont tous en attaque: Huntelaar, Tadic et De Jong. Contrainte de passer par le 3e tour de qualifications puis par le barrage, l'équipe d'Amsterdam se retrouve de nouveau dans la phase de poule. Avec l'envie de vivre une aventure similaire à celle de la saison passée.

à voir aussi Ligue des Champions - L'Ajax, la résurrection de l'héritage Cruyff Ligue des Champions - L'Ajax, la résurrection de l'héritage Cruyff

Lille, l'école du "trade"

Ne cherchez pas quel est le meilleur club pour vendre des joueurs dans les cinq grands championnats. Selon le Centre national d'études du sport (CIES), Lille, pour la période de 2010 à 2019, n'a pas d'équivalent. Le club affiche un bilan net positif des transferts de 249 millions d'euros. Trente millions de plus que son premier poursuivant, Monaco. A des années lumière du bilan, négatif, présenté par Manchester City (-1.091 milliard), du PSG (-901 millions), de Manchester United (-833 millions) ou de Barcelone (-720 millions d'euros) dans la même période. 

Pour arriver à un tel bilan, le LOSC doit, comme l'Ajax, faire de bonnes pioches au moment de recruter un joueur, plutôt jeune. Symbole de cette politique: Nicolas Pépé, recruté 10 millions d'euros à Angers à l'été 2016 et revendu le 1er août dernier 80 millions à Arsenal à 24 ans. Mais contrairement à l'Ajax, la formation n'est pas au coeur du projet nordiste, racheté en janvier 2017 par Gérard Lopez. "Je me suis intéressé aux effets de levier", explique-t-il dans L'Equipe. "La France dispose du premier vivier de joueur au monde avec la région parisienne." Cet été, son club a donc vendu des joueurs pour 165 millions d'euros (Pépé, mais aussi Leao pour 30 millions à l'AC Milan, Thiago Mendes pour 22 millions à Lyon...). Mais le LOSC a aussi conservé certains cadres: Soumaoro, Fonte, Bamba, Ikoné, Thiago Maia tout en attirant Benjamin André ou Renato Sanches. Du coup, à l'heure d'enregistrer son effectif pour cette Ligue des Champions, l'équipe s'appuie sur trois joueurs de 30 ans et plus (Fonte, Pied, Rémy), 10 de 21 ans et moins, et une moyenne d'âge d'un peu plus de 23 ans. Presque la copie conforme avec l'Ajax.

Ce marché équilibré entre les finances et le sportif n'a pas toujours été d'actualité dans le Nord. Un temps, Lille devait vendre pour survivre. En décembre 2017, le club s'était vu interdit de recrutement. Contraint en février dernier de réaliser une augmentation de son capital afin de résorber la dette, le LOSC a, en juin dernier, passé sans encombre l'audition devant la Direction nationale de contrôle et de gestion (DNCG). C'est la première fois que ce passage s'est effectué sans effort. Si Gérard Lopez dit dans L'Equipe que "si le projet était clairement de faire du fric, on aurait cédé entre 340 et 360 millions de joueurs", la philosophie de son projet se porte davantage sur l'économie que sur la formation.