Salah Liverpool
Alex Oxlade-Chamberlain, Mohamed Salah et Roberto Firmino (Liverpool). | PAUL ELLIS / AFP

Ligue des champions : Liverpool et Salah s'imposent et éliminent Manchester City (2-1)

Publié le , modifié le

Défait 3-0 à l'aller, Manchester City devait faire exploser le verrou de Liverpool pour espérer rallier les demi-finales de Champions League. Rapidement devant grâce à un but de Gabriel Jesus, les Citizens y ont cru, mais ont encaissé des buts fatals de Mohamed Salah et Roberto Firmino qui ont condamné leurs chances (2-1). Liverpool est en demi-finales pour la première fois depuis 2008.

"Pour se qualifier, il faudra faire un match parfait". Pep Guardiola avait prévenu ses joueurs avant la rencontre. Humiliés 3-0 en 19 minutes à l'aller, les Citizens devaient enflammer le match retour. Message reçu. Dès le 2e minute, Raheem Sterling, lancé dans la profondeur par Fernandinho, décale Gabriel Jesus, préféré à Sergio Agüero en pointe, qui ajuste facilement Karius (1-0,2'). Le ton est donné. 

Les Reds plient mais ne rompent pas

Privés de Jordan Henderson, suspendu et remplacé par Georginio Wijnaldum dans le coeur du jeu, les Reds sont douchés d'entrée. Face au 3-4-3 offensif de Guardiola, Liverpool sait pourtant qu'il a un coup à jouer dès la relance. Placés très haut, les Reds laissent laissent la balle aux Skyblues pour fuser en contre grâce notamment à Mohamed Salah, touché aux adducteurs au match aller et finalement présent.

Bernardo Silva touche le poteau

Après 20 minutes, City penche largement côté gauche et Leroy Sané est intenable. Les Reds reculent, subissent, mais font le dos rond. Juste avant la mi-temps, Bernardo Silva est tout proche de concrétiser les assauts bleus : sa frappe enroulée côté gauche touche le montant de Karius (42'). Oxlade-Chamberlain lui répond avant la pause mais décroise trop sa frappe après avoir dribblé Ederson (45').

Salah condamne City

Privés de Pep Guardiola, exclu à la pause pour une altercation avec l'arbitre, les Citizens reculent au retour des vestiaires. Les Reds posent le pied sur le ballon et sur un contre supersonique, Sadio Mané se joue de tous les défenseurs des Skyblues mais heurte sur Ederson. Salah, limité physiquement, récupère le ballon et adresse un piqué pour égaliser (1-1, 56'). Manchester City est sonné, Liverpool est à l'abri, et s'en est encore une fois remis au génie de son trio offensif.

Revigorés par ce but, les Reds mettent plus d'intensité dans les duels et font déjouer les joueurs de City, d'un coup sans imagination. Roberto Firmino va même doubler la mise pour Liverpool après une erreur d'Otamendi (77'). Cruel. Dans une fin de match qui rappelle les vaines offensives des Skyblues du match aller, Liverpool verrouille et file vers une qualification collective rendue possible par le génie offensif de Mohamed Salah, auteur deux buts qui ont fait très mal à Liverpool.

La réaction de Pep Guardiola (entraîneur de Manchester City) : "On reviendra plus fort la saison prochaine. Il nous reste maintenant à finir le championnat. On avait pourtant bien commencé le match. On a tout tenté en première période. On a tout contrôlé. Nous avons joué dix mois incroyables, c'était exceptionnel mais c'est normal (de ralentir, NDLR) quand vous rencontrez trois équipes incroyables de suite comme ça. On gagné la saison en terme de statistiques, mais on a perdu cette semaine. On a été en huitièmes la saison passée, cette année les quarts. Mais on a été battus par une équipe exceptionnelle."

La réaction de Jürgen Klopp (entraîneur de Liverpool): "Les gars ont trouvé la solution. On avait déjà eu deux ou trois moments en première période. Et après la pause, on savait que l'on était sortis un peu de la tornade. Sur les deux matches, je crois que l'on mérite de passer car nous avons marqué cinq buts à City et nous n'en avons pris qu'un seul. S'ils ne marquaient pas assez (vite), nous savions que nous aurions des occasions de marquer à notre tour. Notre deuxième période a été tellement meilleure. Je crois que City est la meilleure équipe du monde, mais j'ai toujours dit que nous pouvions les battre."