Kevin Kampl
Kevin Kampl aura fort à faire encore pour lier une défense défaillante et une attaque qui devra marquer à tout prix. | PATRIK STOLLARZ / AFP

Leverkusen veut croire à l'exploit face à l'Atletico Madrid

Publié le , modifié le

Si certaines remontada sont crédibles, d’autres semblent plus compromises. Ce soir, contre l’Atletico Madrid, le Bayer Leverkusen espère lui aussi réaliser un exploit. Mais après la défaite à domicile (2-4) en huitième de finale aller il y a trois semaines et sans six de ses titulaires habituels, blessés ou suspendus, la mission semble délicate. Face au dernier finaliste de la Ligue des Champions, le Bayer essaiera au moins de « redresser le résultat » comme l’a confié son entraîneur Tayfun Korkut.

Son nouvel entraîneur même, en intérim jusqu’à la fin de la saison après que Roger Schmidt ait été remercié le 6 mars. La lourde défaite (6-2) subie contre le Borussia Dortmund en championnat aura été fatale.

Absence de victoires et de joueurs

Et celle concédée contre l’Atletico Madrid n’avait déjà pas arrangé les choses. D’autant qu’elle sera difficile à effacer. Si sur le plan de l’honneur une victoire suffirait, statistiquement parlant, il faudrait une victoire par trois buts d’écart pour se qualifier. Face à des Madrilènes habitués aux quarts de la compétition depuis trois saisons, le coach turc de Leverkusen ne compte pas baisser les bras pour autant : « Nous ne sommes pas à Madrid juste pour un court séjour en ville. Nous devons croire que nous pouvons nous qualifier. »

Si qualification – et donc exploit – il y a, ceux-ci ne seront que plus beaux au vu des circonstances. Le club allemand reste sur une série de quatre matchs sans victoires et compte de nombreux absents pour ce déplacement européen comme le capitaine Lars Bender (blessure à la cheville), Jonathan Tah (déchirure), Ömer Toprak (rupture des ligaments croisés à la cheville) mais aussi les suspendus Stefan Kiessling, Kai Havertz et Benjamin Henrichs.

Un manque de repères

Si le Bayer est aussi dans cette situation délicate avant d’aborder son huitième de finale retour, c’est parce que l’éternel outsider de Bundesliga court après des repères, des matchs références. Avec un nouvel entraîneur, c’est déjà toute une dynamique qu’il faut construire et faire perdurer à nouveau. Actuellement 10e du championnat – à 11 points de la 4e place, synonyme de 3e tour préliminaire de C1 – le Bayer peine à enchaîner cette saison : jamais plus de deux victoires consécutives en Bundesliga.

En coupe d’Europe, pareil, avec 4 nuls en 6 matchs de groupe et une victoire (3-0) contre l’AS Monaco, déjà qualifiée et assurée d’être première à ce moment-là. Et contre Madrid donc, 4 buts concédés à domicile. Pire encore : sur les 20 tirs cadrés concédés dans la compétition, le Bayer a encaissé 8 buts. Bernd Leno est donc loin d’être une assurance tous risques et sa défense n’est pas exempte de tout reproche non plus.

Après avoir été éliminé par l’Atletico au même stade en 2014, Leverkusen voudra prendre une petite revanche. Diego Simeone, l’entraîneur des Colchoneros, le sait : « C’est la saison la plus difficile pour se qualifier en Ligue des champions. Nous avons perdu en régularité et les autres se sont améliorés. » A voir si le Bayer arrive à s’améliorer assez au point d’embêter les Espagnols… Une mission importante pour des Allemands qui n'ont plus atteint les quarts de finale depuis 2002, soit avant l'instauration des huitièmes de finale en 2003/2004.

Adrien Fonteneau @Adri_Fntn