billetterie psg 032013
Une queue interminable aux abords du Parc des Princes | AFP

Les billets pour PSG-Barça pris d'assaut

Publié le , modifié le

Si le succès du Paris Saint-Germain sur le FC Barcelone n'est pas une certitude, la vente des billets concernant le match aller sera assurément une grande réussite. La vente des billets ouverts au grand public pour le quart de finale aller de la Ligue des champions (le 2 avril) s'est achevée ce lundi matin, non sans quelques soucis.

"L'organisation, elle est lamentable, dénonce Tomek, pourtant abonné au PSG. Il y a des gens qui sont abonnés, on a reçu un mail comme quoi on est  prioritaire, on est prioritaire aujourd'hui (lundi) à 10 heures et vendredi, ils vendaient des places aux gens non abonnés". "Il y a des gens qui ne sont même pas pour le PSG, il y en a, ils viennent  voir le match, c'est pour Messi, Xavi, je ne sais pas qui. Ils font la queue, ils ne sont pas abonnés et ils ont des billets avant nous. Comment c'est  possible ?", pestait-il encore. "Depuis 7 heures du matin, on est là. Réveil à 6 heures. Regardez le monde,  on ne peut pas avancer, ça fait cinq minutes et ça n'avance pas, ça n'avance  pas. C'est n'importe quoi, c'est géré n'importe comment, c'est n'importe quoi",  renchérissait Jean-Baptiste, supporteur du PSG.

D'autres personnes avaient pris leurs précautions, comme Josiane, mère d'un  supporteur, venue prendre des places pour lui: "J'ai ma polaire de montagne,  j'ai mon livre, j'ai mon siège, et j'ai tout mon temps parce que je suis une  jeune retraitée". Allan, supporteur du PSG, a eu ses places après une très longue attente:  "On est là depuis une heure du matin nous. Donc j'ai des cernes, je ne sais pas si ça se voit, mais on est content, on a nos sésames, ça va être la folie maintenant". "C'est la +Brinks+ là, les mecs ils nous regardent... C'est un peu dangereux de sortir avec ça. On va les mettre au chaud dans le placard, on va  les ressortir le 2 avril", glissait-il avec humour. Il n'y avait pas que des supporters parisiens dans la file d'attente, à  l'instar de Janet, amatrice de foot finlandaise. "Samedi, j'ai fait la queue pendant 6 heures. Et ce matin, depuis huit  heures, je suis de Finlande et là-bas, on ne voit pas des matches comme ça",  racontait-elle.

AFP