Les 5 raisons de suivre Ajax Amsterdam-FC Barcelone

Les 5 raisons de suivre Ajax Amsterdam-FC Barcelone

Publié le , modifié le

Défaits 3-1 au Camp Nou, les Néerlandais de l’Ajax retentent leur chance face à un FC Barcelone mal en point qui restent sur deux défaites d’affilée en Liga. Mais avec Lionel Messi et Luis Suarez, les Catalans ont des arguments à faire valoir. Voici les cinq raisons de suivre l’autre rencontre du groupe F, celui du PSG.

Messi pour dépasser Raul et ne pas laisser filer Ronaldo

Au moment d’écrire ces lignes, Ronaldo n’a pas encore dépassé Raul au nombre de buts en Ligue des Champions. Le Portugais est à une longueur de l’ancien madrilène (70 contre 71 réalisations), Messi lui est juste derrière, à deux unités. La "Pulga" traverse, à l’image de son club, une période compliquée. Il n’a plus marqué depuis deux rencontres et, cause ou coïncidence, le Barca s’est incliné à chaque fois, lors du Clasico (revers 3-1) et face au Celta Vigo à domicile (0-1). Mercredi soir, Lionel Messi retrouve donc l’Ajax Amsterdam, l’équipe contre laquelle il a inscrit son 9e but de la saison en 13 rencontres disputées. Pour dépasser Raul – et sans prendre en compte ce qu’aura fait Ronaldo contre Liverpool –, il devra donc inscrire un triplé, ce qui serait une première pour lui cette saison, lui qui a déjà réalisé 26 au total dans sa carrière.

Le retour de Luis Suarez à l’Ajax

Il sera sûrement l’une des attractions de cette rencontre. Après la fin de sa suspension, Luis Suarez a retrouvé le chemin des terrains avec le FC Barcelone. D’abord en Liga contre le Real Madrid et le Celta Vigo. Mercredi, il devrait retrouver la Ligue des Champions. Et hasard du destin, il le fera contre l’Ajax Amsterdam, son ancien club. Celui où il s’est révélé en Europe et où il a passé trois ans et demi (de 2007 à janvier 2011) marquant 111 buts en 159 rencontres. Il aura l’occasion de marquer son premier but sous ses nouvelles couleurs, lui qui n’a inscrit que trois buts en Ligue des Champions en 8 matches. C’était sous le maillot de l’Ajax.

Parce que ça va attaquer

L’Ajax de Johan Cruyff a nourri le FC Barcelone. Le "Hollandais volant" a ressuscité ce club d’abord comme joueur, puis comme entraîneur et enfin comme mentor de Pep Guardiola. Ce duel, c’est l’assurance de voir du jeu, du football offensif fait de possession et de mouvements permanents. Même si le Barca n’est plus celui qui a régné sur la planète football à la fin de la première décennie du nouveau siècle, il continue à pratiquer un football basé sur la possession du ballon. Cette saison, le Barca est le deuxième club à avoir fait le plus de passes réussies (1871) derrière le Bayern Munich. En terme de possession, le Barca est également deuxième derrière le club bavarois (62% contre 65%). L’Ajax essaye aussi de perpétuer la tradition avec neuvième place du classement en termes de passes réussies (1327). L’équipe de Frank De Boer est aussi une des 12 équipes à avoir plus de 50% de possession de balle depuis le début de la compétition. A l’image du match aller remporté 3-1 par le Barca, ce match retour sur la pelouse d’Amsterdam promet de faire des étincelles. En novembre dernier, déjà en poules, le Barca s'était incliné pour la première fois de la saison aux Pays-Bas (2-1). Ce succès surprise face au géant catalan intervenait alors que l'Ajax avait sombré au Camp Nou deux mois plus tôt, notamment suite à un triplé de Messi.

Le tweet de l'Ajax

Découvrir les nouveaux visages de l’Ajax

L’Ajax a toujours été un vivier pour le football européen. Une réserve de jeunes talents dans laquelle les cadors européens se sont allègrement servis, notamment le FC Barcelone. Contre les Catalans, Frank De Boer avait lancé des jeunes tels que l’attaquant néerlandais Ricardo Kishna (19 ans) ou le milieu de terrain danois Lucas Andersen (20 ans). Le seul buteur ajacide lors de cette rencontre avait d’ailleurs été une autre pépite du centre de formation, l’attaquant néerlandais Anwar El Ghazi (19 ans). Frank De Boer fait confiance aux jeunes et n’hésite pas à faire appel à eux même lors des grands rendez-vous. Trois nouvelles têtes se sont d’ailleurs fait une place dans la rotation de l’Ajax : le latéral danois Nicolai Boilesen et le défenseur central néerlandais Joël Veltman – présent au Mondial au Brésil – ainsi que le milieu batave Davy Klaassen. Ce dernier a reçu le titre de meilleur espoir de l’année d’Eredivisie la saison dernière.

Frank De Boer-Luis Enrique, les retrouvailles

Sur les bancs, on retrouve deux anciens joueurs du FC Barcelone. Deux jeunes entraîneurs, qui ont le même âge (44 ans), qui ont connu le "mes que un club" du temps de Luis Van Gaal, un autre ancien des maisons ajacide et blaugrana. Le libéro élégant et le couteau suisse du milieu de terrain ont joué quatre ans ensemble. De 1999 à 2003, le temps de remporter la Liga en 1999 et une Supercoupe d’Espagne la même année. Une époque que le Batave n’a pas oublié. "J’ai des très bons souvenirs de lui. Il était le deuxième capitaine et un bon coéquipier. C’était un guerrier et un gagnant, un exemple de professionnalisme qui se donnait toujours à 100 ou 200%" a assuré De Boer. Sur le banc, De Boer a d’abord débuté comme adjoint de Bert Van Marwijk alors sélectionneur des Pays-Bas avant de prendre les rênes de l’Ajax après le Mondial en Afrique du Sud et de remporter quatre titres national d’affilée. La trajectoire de Luis Enrique en tant qu’entraîneur est moins linéaire. Après un échec à l’AS Rome et une année sabbatique, il a rebondit au Celta Vigo (9e de Liga l’an dernier) avant de prendre la succession de Tata Martino sur le banc catalan. Comme De Boer, il est revenu à la maison et espère sans doute y connaître le même succès.

Benoit Jourdain @BenJourd1