Vardy Carrico
Jamie Vardy, ici au duel avec Daniel Carrico. | JORGE GUERRERO / AFP

Leicester, des raisons d’y croire avant Séville

Publié le , modifié le

Toujours sous la menace de la relégation en Premier League, Leicester continue sa deuxième vie en Ligue des Champions. Défaite 2-1 en huitième de finale aller sur la pelouse de Séville, la formation anglaise a bien changé depuis. Avec un nouvel entraîneur et des bons résultats en championnat, les Foxes ont toutes les raisons de croire à un come-back et pouvoir poursuivre la belle histoire parmi les grandes puissances du football européen.

En moins de trois semaines, il s’est passé beaucoup de choses du côté de Leicester. Le champion d’Angleterre en titre a d’abord limogé son entraîneur italien, Claudio Ranieri – au lendemain de la défaite en Andalousie – avant d’enchaîner avec deux succès en Premier League. Liverpool (3-1) et Hull (3-1) ont subi la loi du nouveau Leicester, aujourd’hui 15e, ou plutôt du Leicester retrouvé. Celui qui avait surpris tout le monde la saison dernière.

R.Mahrez : « Le droit de rêver »

Désormais emmenés par l’ex-adjoint Craig Shakespeare, Jamie Vardy et ses partenaires tenteront maintenant de confirmer en coupe d’Europe. Buteur à l’aller, l’attaquant anglais est ambitieux : « Nous avons hâte de jouer le retour, car nous pouvons passer » a-t-il lancé. Son coéquipier et milieu algérien, Riyad Mahrez, est plus modéré mais y croit : « En marquant à l’extérieur, on s’est donnés le droit de rêver. »

Le rêve est donc permis, la performance ne serait maintenant que plus belle : pour une première participation, passer les phases de groupes puis un huitième de finale serait peu commun. Pour ce faire, le même duo Vardy-Mahrez sera là encore au centre des attentions. Alors que Vardy semble retrouver son allant, Mahrez, élu joueur de la saison l’année passée, retrouve le chemin des filets après plus de trois mois sans marquer.

Un match aller ne pas reproduire

« Ça va être une soirée spéciale. Ça va être électrique. J’attends de l’équipe qu’elle continue sur l’élan des deux derniers résultats pour continuer à jouer avec assurance. » Le discours est simple mais a le mérite d’être percutant. Voilà ce qu’a insufflé Craig Shakespeare : des nouvelles paroles pour une mentalité retrouvée.

Il devra donc continuer sur le terrain européen et corriger ce qui n’a pas été au match aller. Asphyxié par les Sévillans et leur possession (72.5%), Leicester avait tiré (7) autant de fois que Séville avait cadré (7/22) : avec le même nombre d'arrêts à effectuer, Kasper Schmeichel avait clairement sauvé les siens. Cette fois, pour sauver Leicester, il faudra avant tout marquer…

Adrien Fonteneau @Adri_Fntn