Fernando Morientes et Ludovic Giuly
Fernando Morientes et Ludovic Giuly ont été les grands artisans de l'exploit de Monaco face au Real Madrid | GERARD JULIEN / AFP

Le Top 5 des renversements de situation les plus incroyables

Publié le , modifié le

Pour le quart de finale retour de Ligue des Champions entre le FC Barcelone et le PSG, les Parisiens ont pour mission de gagner avec trois buts d'écart afin d'aller en demi-finale. Un sacré défi au Camp Nou. Mais dans l'histoire des clubs français en Coupe d'Europe, certains sont parvenus à renverser des montagnes. Voici le Top 5 des plus grands retournements de situation de ces trente dernières années.

Metz - Barcelone - Coupe des vainqueurs de Coupe 1984-1985 - 1er tour

Après s'être incliné (4-2) au match aller à Saint-Symphorien, le FC Metz se trouve dans l'obligation de réaliser un immense exploit au Camp Nou, face aux Barcelonais de Terry Venables. En Catalogne, tout part mal puisque les Espagnols ouvrent le score par Carrasco à la 33e minute. Les Messins de Marcel Husson, vainqueurs de la Coupe de France la saison précédente, doivent donc remonter trois buts pour se qualifier. Mais cinq minutes après ce premier but, Tony Kurbos égalise (38e), suivie de près par un but contre son camp de Sanchez (39e). L'attaquant messin ajoute deux autres buts (55e, 85e) pour un triplé historique, alors que Michel Ettore, le gardien lorrain, accumule les exploits sur sa ligne devant les redoutables Schuster et Archibald. Résultat, la victoire (4-1) offre au FC Metz sa première qualification en Coupe d'Europe.

Vidéo: Tony Kurbos, l'auteur du triplé au Camp Nou

PSG - Real Madrid - Coupe de l'UEFA 1992-1993 - Quarts de finale

Lors du match aller dans un stade Santiago-Bernabeu si impressionnant, le PSG s'incline (3-1). le but de David Ginola en deuxième période offre néanmoins un petit espoir au club de la Capitale, désormais détenu par le groupe Canal +. Au Parc des Princes, pour le match retour, les Parisiens réalisent un match d'enfer, mettant une pression folle sur des Madrilènes acculés. George Weah ouvre le score d'une tête sur un corner (35e). Malgré toute la ferveur du public, malgré les occasions qui s'accumulent, le temps passe et cela reste insuffisant pour se qualifier. A la 80e minute, David Ginola inscrit le deuxième but de son équipe d'une demi-volée, juste avant le troisième inscrit par le Brésilien Valdo (89e). A ce moment-là, Paris est qualifié. Mais Zamorano et son terrible jeu de tête réduit le score dans les arrêts de jeu (90e+4). Mais deux minutes après, sur un dernier coup franc, Antoine Kombouaré vient couper la trajectoire du ballon pour le propulser d'une tête magnifique au fond des filets. Le PSG se qualifie pour les demi-finales en battant un grand d'Europe.

Bordeaux - AC Milan - Coupe de l'UEFA 1995-1996 - Quarts de finale

A San Siro, les Girondins de Bordeaux ont été dominés au match aller, remporté (2-0) par les Milanais avec un but d'Eranio et un de Baggio. Pour le match retour, la mission semble impossible face à un collectif sublimé par les Weah, Desailly, Vieira, Baresi ou Maldini. Avec leur jeunesse en bandoulière, les joueurs de Gernot Rohr se jettent à l'assaut du but lombard. A la 14e minute, sur un débordement et un centre de Lizarazu, Tholot ouvre la marque. Un peu après l'heure de jeu, un coup franc frappé par Zidane est dévié par l'arbitre, Dugarry est présent pour reprendre du gauche et doubler la mise (64e). Les deux équipes sont alors dos à dos, mais la dynamique est clairement girondine. Six minutes après, un nouveau coup du sort leur est favorable. Zidane tente d'alerter Tholot, Costacurta repousse le ballon qui revient dans les pieds du meneur de jeu qui lance alors Dugarry, dont la frappe puissante se loge sous la barre (70e). Avec ce succès (3-0), Bordeaux s'offre un exploit dans une saison très moyenne.

Monaco - Real Madrid - Ligue des Champions 2003-2004 - Quarts de finale

Les hommes de Didier Deschamps sont revenus de Madrid avec une belle claque (4-2). Lors de ce match aller contre les Galactiques, l'AS Monaco a néanmoins pu inscrire deux buts, qui ménagent un petit espoir. Mais en face, il y a Zidane, Luis Figo, Raul, Ronaldo, Casillas, Roberto Carlos... Bref, les Madrilènes sont les favoris pour une cinquième demi-finale consécutive de Ligue des Champions. Mais l'ouverture du score de Raul (36e), au lieu d'affliger les joueurs de la principauté, leur donne au contraire du tonus. Ludovic Giuly égalise dans le temps additionnel (45+1) de la première période. Et au retour des vestiaires, Fernando Morientes, prêté par le club madrilène, double la mise (48e). L'espoir est de retour, et Giuly lui redonne encore plus de réalisme en s'offrant un doublé (66e), pour le but qui qualifie l'ASM. Monaco tient son exploit sur la route de la finale.

Marseille - La Corogne - Coupe Interoto 2005 - Finale

Au stade du Riazor, La Corogne a dominé son sujet au match aller. La victoire (2-0) permet au club espagnol de gérer le match retour au Vélodrome. Mais quinze jours après, c'est une véritable tempête que les coéquipiers de Diego Tristan affrontent. Franck Ribéry ouvre le score dès la 5e minute en reprenant un coup franc surpuissant de Taiwo. L'espoir renaît du côté des hommes de Jean Fernandez. Mais Jorge Andrade douche l'éclaircie en égalisant dès la 9e minute. L'espoir s'envole un peu plus à la 12e minute avec l'expulsion de Ribéry, en même temps que celle de son adversaire Duscher. Les Marseillais, sans un de leurs leaders offensifs, doivent alors marquer trois autres buts pour remporter la finale. C'est en fin de match que tout se décante avec un but d'Abdoulaye Meïté à la 65e minute, suivi d'un doublé de Mamadou Niang (74e, 88e). L'OM tient sa victoire mais n'a pas le droit d'encaisser un nouveau but. Finalement, c'est Wilson Oruma qui en rajoute un dans le temps additionnel (90+4) pour parachever la fête marseillaise. Cette victoire ouvre la route de la Coupe de l'UEFA.