Le PSG pense d'abord à Nicosie

Le PSG pense d'abord à Nicosie

Publié le , modifié le

Le Paris Saint-Germain débute une semaine semée d'embûches, avec un premier défi au Parc des Princes face à l'APOEL Nicosie, dans la phase de groupes de la Ligue des Champions. Même si le duel de dimanche face à Marseille peut représenter un tournant en L1, les Parisiens n'ont pas le droit de rater leur rendez-vous européen, une qualification pour les huitièmes de finale étant déjà possible.

Alors que se profile un choc très attendu en championnat face au rival marseillais, qui compte quatre points d'avance en tête de la L1, Laurent Blanc doit mobiliser ses troupes pour un match tout aussi crucial pour le club. La Ligue des Champions est la priorité du PSG, et c'est donc avec une certaine pression que les Parisiens vont retrouver la vaillante équipe de l'APOEL Nicosie.

Le match aller avait donné du fil à retordre aux coéquipiers de Cavani, unique buteur lors du match aller (0-1). Si le score n'était pas à la hauteur des attentes de leurs supporteurs, les Parisiens ont bien obtenu l'essentiel, préservant d'un point leur place de leader du groupe F, devant le FC Barcelone (qui joue à Amsterdam face à l'Ajax). Un succès du club français associé à un nul ou une victoire de l'équipe catalane serait synonyme de qualification pour les huitièmes de finale de la prestigieuse compétition.

Sirigu méfiant, Ibra absent

Même si la série de quatre victoires d'affilée (toutes compétitions confondues) procure une certaine confiance aux protégés de Laurent Blanc, la physionomie du match aller laisse une place de choix à la méfiance. "Je pense que le match ressemblera à la manche aller", explique Salvatore Sirigu sur le site du club. "Nicosie est une équipe très difficile à jouer, agressive, dans le bon sens du terme, et qui possède de bonnes individualités", poursuit le gardien du PSG. "Elle joue regroupée et il est difficile de trouver des espaces entre ses lignes", ajoute-t-il.

Nicosie a déjà joué au Parc des Princes face au club de la capitale, et cela reste un mauvais souvenir pour les Chypriotes. Les deux équipes disputaient alors le premier tour de la Coupe des vainqueurs de Coupes 1993-1994 et un certain Paul Le Guen avait marqué d'une frappe de 20 mètres le but qui reste le plus rapide du club, en 13 secondes. Le PSG avait fini par l'emporter 2-0 grâce à une deuxième réalisation cette fois signée de Xavier Gravelaine. Zlatan Ibrahimovic qui a inscrit le but le plus rapide du PSG en L1 (après 26 secondes de jeu contre Lille, en 2012), n'aura vraisemblablement pas la possibilité de battre le record de Le Guen. Le Suédois qui souffre toujours du talon n'était pas présent à la séance d'entraînement de mardi. Il se préserve peut-être pour dimanche, face à l'OM...

Romain Bonte