Blaise Matuidi
Blaise Matuidi et le PSG n'ont pas brillé | AFP

Le PSG arrache le nul face à Ludogorets (2-2) et perd la première place du groupe A

Publié le , modifié le

Mené pendant les deux-tiers du match, le Paris Saint-Germain a arraché le nul dans les ultimes instants du match face à Ludogorets (2-2) lors de la sixième journée de la phase de poules de Ligue des Champions. Vainqueur à Bâle, Arsenal profite de ce résultat pour prendre la première place du groupe A devant les parisiens. Trois jours après sa défaite face à Montpellier, le PSG continue d'inquiéter...

Le match : Une 100e au Parc qui fait tâche

Qu’est ce qui ne tourne pas rond avec ce PSG version Emery ? Impitoyable ces dernières années lorsqu’il s’agissait de gifler les petits lors de la phase de poules de C1, ce Paris-là semble à côté de ses pompes cette saison. Déjà bougé lors de la réception de Bâle au Parc, mené au score sur la pelouse de Ludogorets au match aller, le PSG n’a une nouvelle fois pas tenu son rang face à la modeste équipe bulgare,  incapable de faire mieux qu'un match nul pour ce qui restera comme le centième match européen du club au Parc des Princes.

Les chiffres résument à eux seuls le match inquiétant des hommes d’Unai Emery : 4 tirs cadrés pour 24 tentatives, 63% de possession, 19 corners... Soit beaucoup de possibilités mais un bien triste PSG dans le jeu et peu efficace devant. Surpris dès le quart d’heure de jeu par une tête de Misidjan (15e), Paris a longtemps bafouillé son football, entre des créateurs transparents (Di Maria) ou qui multiplient les mauvais choix techniques (Lucas, Ben Arfa) et une défense aux abonnés absentes. Edinson Cavani aura eu le mérite de tenter de lancer la machine parisienne, s’offrant un sixième but en C1 cette saison d’un ciseau acrobatique qui fait enfin vibrer le Parc (61e).

Mais Paris est incapable de profiter de ce début de temps-fort et se fait punir sur une nouvelle approximation défensive, cette fois de Marquinhos, dont profite Wanderson Farias, bien aidé par la main plutôt molle d’Alphonse Aréola pas irréprochable non plus (70e). Loin de son niveau, le PSG a sauvé les apparences en égalisant dans le money-time, Di Maria profitant d'un bon travail du rentrant Kurzawa pour tromper Stoyanov (90e) et sauver un match malgré tout très décevant. Loin du niveau d'un prétendant au titre, ce non-match pourrait avoir des conséquences en février puisque le club de la capitale laisse sa première place à Arsenal, vainqueur à Bâle, et rencontrera un premier de poule en 8e. Habitué à la crise d'automne il y a quelques années, le PSG pourrait bien connaître la crise hivernale en cas de contre-performance dimanche face à Nice.

La stat : 5

5 tirs cadrés, 5 buts !  Après les trois buts encaissés à Montpellier samedi, le Paris Saint-Germain a encore failli défensivement ce mardi au Parc des Princes en encaissant deux buts sur les seules tentatives cadrées de leur adversaire du soir. La charnière centrale Thiago Silva/Marquinhos n'a rien a envié à celle du FC Nantes sur le premier but, totalement apathique en laissant Misidjan seul au point de penalty ajuster sa tête pour l'ouverture du score. Marquinhos encore fautif sur le deuxième but, se faisant surprendre par un Cafu plus prompt avant qu'Alphonse Areola ne se fasse trahir par une main pas assez ferme sur la frappe de Wanderson Farias. Si la thèse de l'accident avait été évoqué après la défaite face à la Mosson, la fébrilité défensive du PSG continue d'inquiéter pour une équipe qui a pris sept buts lors de cette phase de poules, contre un seul la saison passée... 

La défense du PSG inquiète
La défense du PSG inquiète

Le tweet

Si Edinson Cavani a encore marqué, l'animation offensive parisienne a longtemps déçu. Si Ben Arfa et Lucas ont réussi à apporter un peu de percussion sans réussir à être décisif dans l'avant-dernier ou le dernier geste, Angel Di Maria a encore une fois traversé ce match comme une ombre, loin de son niveau de l'an passé malgré son but égalisateur en fin de match. De quoi faire réfléchir sur le recrutement parisien de ces dernières saisons.

La décla : "Le résultat est mauv​ais"

Unai Emery : "C'est une déception. On avait fait un bon match à Arsenal et on était revenu de Londres avec la 1re place. L'équipe méritait de gagner je pense, après, c'est le foot. Ils gagnent grâce à nos erreurs. Nous, on a eu beaucoup d'occasions, de situations, de centres, de corners. Je crois qu'on a fait un bon match pour gagner, malheureusement le résultat est mauvais. Normalement, on a une équipe qui ne prend pas beaucoup de buts. L'objectif n'était pas de finir 1er mais on est en 8e de finale".

Mathieu Aellen