Cristiano Ronaldo
L'attaquant portugais du Real Madrid, Cristiano Ronaldo | AFP - OLIVIER MORIN

Le bilan de la 1re phase de la C1

Publié le , modifié le

La première phase de la Ligue des Champions s'est terminée mercredi soir. On connaît désormais les 16 qualifiés pour les 8e de finale. Après 96 matches et 277 buts inscrits (2,89 buts/match), voici les grands enseignements : un Real offensif grâce à un Ronaldo record, la faillite de l'OM qui tranche avec les performances du PSG, l'échec du foot italien et la santé du foot allemand. Bilan.

Les qualifiés, les reversés

Premier de leur groupe : Manchester United, Real Madrid, PSG, Bayern Munich, Chelsea, Dortmund, Atletico Madrid, FC Barcelone
Deuxième de leur groupe : Bayer Leverkusen, Galatasaray, Olympiakos, Manchester City, Schalke 04, Arsenal, Zenit Saint-Pétersbourg, AC Milan
Les reversés en 16e de finale de l'Europa League : Shakhtar Donetsk, Juventus Turin, Benfica, Viktoria Plzen, FC Bâle, Naples, FC Porto, Ajax Amsterdam

Un Ronaldo record

Les votes pour le Ballon d’Or sont clos depuis le 29 novembre, mais Cristiano Ronaldo a ajouté un nouvel argument pour son éventuelle élection le 13 janvier prochain. Son but à Copenhague mardi soir l’a propulsé seul meilleur buteur de l’histoire des phases de poules de la Ligue des Champions. Avec neuf buts, il dépasse ainsi d’une longueur Zlatan Ibrahimovic (2013/2014), Ruud van Nistelrooy (2004/05), Filippo Inzaghi et Hernan Crespo (saison 2002/03 tous deux). Dans le sillage de sa star, le Real Madrid a terminé meilleure attaque de la première phase avec 20 buts.

Voir le tweet d'OptaJean

Une première pour les clubs allemands

Les qualifications de Dortmund et Schalke ce mercredi s’ajoutent à celles déjà connues du Bayern et de Leverkusen. Quatre clubs en 8e de finale de C1, c’est une première pour la Bundesliga. Jusque-là, le championnat allemand comptait trois qualifiés en 8e de la C1 lors des saisons 1997-98, 2004-05 et 2012-13, avec déjà Schalke, Dortmund et le Bayern. Cela confirme la toute puissance du foot outre-Rhin qui s’était déjà imposée aux yeux de l’Europe la saison dernière lors de la finale 100% allemande entre le Bayern et Dortmund. Cette année encore, ces deux clubs ont dominé leur groupe et s’ils ont connu des difficultés (les Jaune et Noir qualifiés à la dernière journée) ou des revers surprises (le Bayern qui perd 3-2 sur sa pelouse contre City), on devrait les retrouver au printemps prochain.

Milan seul rescapé italien

Si la Bundesliga sourit, le foot italien lui fait la tête. Avec un seul club sur trois en 8e de finale, la Série A perd encore de sa superbe. Qu’il est loin le temps de la finale 100% italienne entre la Juventus et le Milan. C’était en 2003, cela fera 11 ans en mai prochain. Les Lombards ont d’ailleurs été les seuls à valider leur ticket derrière le FC Barcelone, après une lutte acharnée avec l’Ajax Amsterdam. Naples et la Juve se retrouveront en Europa League. Le Napoli n’a pas eu de chance en tombant dans le groupe de la mort, l’équipe de Benitez est éliminée avec 12 points, une première. La Juve, elle, pourra se mordre les doigts d’avoir mal négocié un groupe abordable et cette dernière rencontre à Galatasaray. La Juve et Naples dehors, ce sont les le champion et le vice-champion de Série A qui prennent la porte.

Voir le tweet de OptaJean

Un PSG impressionnant

La défaite à Benfica n’a pas effacé l’impression de puissance laissée par le PSG durant cette phase de groupes. Les hommes de Laurent Blanc ont totalement dominé leur sujet obtenant leur qualification en 8e dès l’avant-dernière journée. Tombés dans un groupe dont ils étaient favoris, ils ont assumé et affiché une maîtrise qui les place parmi les outsiders à prendre au sérieux. Emmené par un Zlatan de gala (8 buts en 5 rencontres), le PSG aurait pu améliorer un peu plus le record d’invincibilité du club en C1 qui a duré 13 matchs. La défaite face au Benfica, avec un onze largement remanié, n’est que la deuxième de la saison. Le rendez-vous est pris pour les 8e.

L’OM, triste première

Au moment du tirage, le sort n’avait pas gâté l’OM. Ce jeudi matin, Marseille est éliminé sans avoir gagné une seule de ses 6 rencontres. Une première pour un club français et pour un ancien vainqueur de la Ligue des Champions. Arsenal, Naples et Dortmund étaient des adversaires bien trop forts pour des Phocéens qui ont pu espérer ramener un point de cette campagne quand il tenait le match nul face à Dortmund mercredi soir. Un espoir qui s’est effondré à la 87e minute. L’OM est devenu le  douzième club à boucler une phase de poules sans aucun point (Anderlecht en 2004/2005, Rapid Vienne en 2005-2006, Levski  Sofia  en 2006-2007, Dynamo Kiev en 2007-2008, Debrecen en 2009-2010, Maccabi Haïfa en 2009-2010, Zilina en 2010-2011, Partizan Belgrade en 2010-2011, Dinamo Zagreb en 2011-2012, Villarreal en 2011-2012, Otelul Galati en 2011-2012).

Des anciens vainqueurs à la trappe

Cette phase de poules a été fatale à de nombreux anciens vainqueurs. L’OM et la Juventus, on l’a vu, mais également Porto, vainqueur en 2004, battu par l’Atletico Madrid (2-0). Les Portugais n’ont pas profité de la défaite du Zenith à Vienne face à l’Austria. Ils sont donc reversés en Europa League tout comme l’Ajax Amsterdam, quadruple vainqueur de l’épreuve, troisième de son groupe derrière le Barca et Milan. Ce groupe qui rassemblait quatre anciens vainqueurs a vu le Celtic Glasgow prendre la dernière place. Les Ecossais qui gagnaient en 1967 n’ont pu se hisser en 8e de finale comme la saison dernière. Enfin le Steaua Bucarest qui triomphait de Barcelone en 1986 a fini quatrième du groupe E (Chelsea, Schalke, Bâle) avec 3 points et aucune victoire.

Trois, le chiffre de la défense

Trois, c'est le nombre de buts encaissés par les meilleures défenses de cette première phase. Trois, c'est aussi le nombre de clubs à avoir atteint ce total : Manchester United, Atletico Madrid et Chelsea.