Bayern Juve
Le Bayern célèbre sa qualification | GIUSEPPE CACACE / AFP

Le Bayern a maîtrisé son sujet

Publié le , modifié le

Malgré le match courageux d'une Vieille Dame très entreprenante, le Bayern Munich n'a pas tremblé à Turin, où il s'était rendu avec deux buts d'avance. Les champions d'Allemagne ont validé leur billet pour les demi-finales de la Ligue des Champions en battant la Juve sur le même score qu'à l'aller (2-0) grâce à des réalisations de Mandzukic et Pizzaro.

D'entrée, la Juve a pourtant bien tenté de mettre la pression sur les Bavarois. Poussés par leurs supporters, les Italiens sont positionnés très haut et empêchent leurs adversaires de conserver le ballon. Mais dès la 7e minute, le Bayern rappelle sa forme étincelante : sur un débordement de Ribéry, Mandzukic est tout près d'ouvrir le score. Un rappel à l'ordre qui ne calme pas les ardeurs des locaux, impressionnants d'agressivité.

Gênés, incapables de dérouler leur football, les joueurs de Jupp Heynckes multiplient les fautes. L'une d'entre elles permet à Pirlo de frapper un superbe coup franc à l'entrée de la surface, mais Neuer ne se fait pas surprendre (23e). Appliqué et dominateur dans les duels, Paul Pogba est l'homme de confiance du milieu turinois. Comme lui, la Juve est dans son match mais ne parvient pas à concrétiser. Le Bayern doit attendre les coups de pied arrêtés pour se montrer dangereux : suite à un corner mal repoussé, Alaba décoche une belle frappe mais Buffon est sur la trajectoire (39e). Sur une dernière frappe écrasée de Ribéry (45e), les deux équipes retournent au vestiaire sur un score nul et vierge.

Le Bayern fait la différence en deuxième mi-temps

Après quelques minutes sur les mêmes bases qu'en première période, débouchant sur une frappe ras du poteau de Quagliarella (48e), les Allemands posent enfin le pied sur le ballon. A l'entrée de la surface, Arjen Robben enroule parfaitement son ballon… mais trouve le poteau de Buffon, qui était battu (57e). Toujours aussi disciplinés en défense mais plus libérés en attaque, les visiteurs trouvent la faille sur coup franc : Buffon repousse bien la reprise de Javi Martinez, mais le ballon échoue sur le crâne de Mandzukic qui n'a plus qu'à le pousser dans un but vide (64e). Le Croate, qui marque son second but en C1 cette saison, éteint le Juventus Stadium. 

Les Italiens tentent bien de repartir de l'avant, Vucinic est sur le point d'égaliser (71e) mais le Bayern est à l'abri. Il confisque le ballon, et parvient désormais à faire courir son adversaire. Les Bianconeri, sans solution, perdent espoir : il leur faudrait quatre buts pour intégrer le dernier carré. Alors ils laissent des espaces en défense, et laissent Claudio Pizarro doubler la mise (91e) à l'expérience. Clair, net et sans bavure.

Déclarations :

Jupp Heynckes, coach du Bayern :
"Quatre jours après la conquête du titre national, ce n'était pas facile pour les joueurs de se motiver. On a pu le voir durant les 20 premières minutes, on a eu du mal à se libérer. On a pris peu à peu le contrôle du match. On a beaucoup mieux joué en seconde période et on a mérité de gagner. Un derby allemand en demies? Attendons vendredi et le tirage au sort, mais les quatre équipes peuvent gagner la Ligue des champions".

Le buteur Mario Mandzukic :
"Tout le monde a vu que ce ne fut pas facile. Mais on a joué intelligemment, on est resté calme et on a marqué le but. Mais on n'est pas arrivé au bout du chemin. C'est un des plus beaux moments de ma carrière. (à propos de sa suspension en demi-finale) C'est toujours difficile d'être spectateur mais je suis sûr que les joueurs feront bien le travail".

Arjen Robben, milieu du Bayern Munich :
"Si vous gagnez 2-0 à l'extérieur contre la Juventus, c'est un résultat incroyable. C'est une équipe formidable, la meilleure d'Italie, ils sont très forts en défense. C'était une grande performance de notre part. Nous aimerions éviter le Borussia Dortmund, mais on ne choisit pas. Il reste quatre grandes équipes en demi-finale. C'est agréable d'y être".