La joie du Bayern Munich
La joie du Bayern Munich autour de Robben | JOSEP LAGO / AFP

Le Bayern gifle encore le Barça

Publié le , modifié le

Large vainqueur à l'aller, le Bayern Munich a de nouveau surclassé le Barça au Nou Camp en demi-finale retour de Ligue des champions (3-0). Comme l'an passé, les Bavarois disputeront la finale de C1 alors que le Barça tombe en demie. A Wembley, les hommes d'Heynckes retrouveront Dortmund.

A lire aussi : "Sans Messi, ce n'est plus le même Barça"

Comme son Messi resté scotché au banc toute la rencontre, le Barça a été impuissant face au Bayern Munich. Tantôt privés de ballons, tantôt bousculés par une armada rouge parfaitement organisée, les protégés de Tito Vilanova ont prouvé qu’ils n’avaient pas le niveau pour rivaliser avec le tout récent champion d’Allemagne. Symbole de cette infériorité, les Blaugrana ont brisé une série de 21 matches de Ligue des champions sans défaite qui durait depuis 2009 sur leur pelouse en s’inclinant lourdement (0-3). Gérant sereinement leur avance en première période, les Bavarois ont accéléré au retour des vestiaires pour donner une leçon aux quadruples champions d’Europe.

Sans Messi, point de miracle

Le début de rencontre est semblable au match aller. Le Bayern démontre qu’il n’est pas venu à Barcelone pour subir mais prouver que sa démonstration lors de la première manche n’était pas due au hasard. Les hommes de Jupp Heynckes pressent haut, empêchant Valdès de relancer court. Peu à son avantage face au PSG et à Munich, Piqué retrouve son meilleur niveau. Le défenseur espagnol sauve les siens en rattrapant Robben (12e) et Lahm (18e) au moment où ils se présentent seuls face au portier catalan. Etouffé, le Barça retrouve de l’air aux alentours de la 20e minute de jeu. D’une frappe sèche de 25 m, Pedro oblige Neuer à intervenir du bout des doigts (24e). Les Catalans parviennent enfin à se rapprocher de la surface de réparation adverse mais pêchent dans le dernier ou l’avant-dernier geste, à l’image de Xavi. Gêné par Boateng, le capitaine blaugrana envoie dans les tribunes du Nou Camp une reprise à 7 mètres de la cage sur une remise de la poitrine de Fabregas (27e).

Sans son meilleur buteur dans la compétition, Barcelone semble ne pas être en mesure de scorer. Tout le contraire d’une équipe allemande qui a toujours marqué cette saison lors de ses 22 déplacements pour 19 victoires, 2 nuls et 1 seule défaite loin de l’Allianz Arena. Robben confirme cette statistique. Sur un amour de transversale d’Alaba, le Néerlandais enrhume Adriano pour trouver le petit filet opposé de Valdès (0-1, 48e). Les locaux sont assommés et le Batave manque de doubler la mise dans la foulée sur une reprise à 10 mètres du but (54e). Les coéquipiers d’un Iniesta méconnaissable sont amorphes. Franck Ribéry en profite pour s’illustrer. Le Français force d’abord Piqué à tromper son gardien à la suite d’un superbe déboulé côté gauche (0-2, 71e) puis dépose Song pour téléguider le cuir sur la tête de Müller (0-3, 76e). "Nous avons un joué un match fantastique. Il faut reconnaître qu'il y a une différence entre le Barça avec et sans Messi mais c'est un résultat que personne ne pouvait prédire", a expliqué à l'issue de la rencontre au micro de la télévision allemande Jupp Heynckes. "Je connais très bien la philosophie de jeu du Barça et mon équipe a extrêment bien compris comment mettre en place nos schémas tactiques. C'était plus dur que cela en avait l'air. Mon équipe était très concentrée", a-t-il ajouté.

Deuxième finale d'affilée pour le Bayern

Villa et Bartra manquent eux le cadre lorsqu’ils ont l’opportunité de réduire l’écart. Deux actions qui résument les manques catalans. Comme la saison passée face à Chelsea, les Catalans tombent en demi-finale de Ligue des champions. Bête noire du club espagnol (1 seule victoire barcelonaise en 7 matches contre les Allemands), le Bayern rallie pour sa part la finale de la coupe aux grandes oreilles pour la deuxième fois consécutive, la troisième lors des quatre dernières saisons. En 2010, l'Inter Milan lui avait barré la route. L'an passé Chelsea avait été son bourreau. A Wembley le 25 mai, les Munichois auront à coeur de conjurer le sort pour ajouter une 5e C1 à leur armoire à trophée. Champion d'Allemagne et finaliste de la Coupe d'Allemagne, les Bavarois sont en route pour un authentique triplé. L'armée rouge de Jupp Heynckes est en ordre de marche. Seul un mur jaune peut désormais lui résister.

Vidéo: ambiance de fête à Munich

Voir la video

Jerome Carrere