Villa - Iniesta - Barça
Les joueurs du Barça, défaits | AFP - LLUIS GENE

Le Barça à la croisée des chemins

Publié le , modifié le

Erigé en modèle depuis cinq ans, le Barça a explosé en vol face au Bayern en demi-finale de Ligue des champions. Secoués comme jamais depuis 2008, les Catalans sont au bout d’un chemin, mais sûrement pas dans une impasse. Reste à choisir la bonne direction pour repartir de l’avant.

L’ère Guardiola est bien terminée. Sous la coupe de son ancien technicien, le Barça n’a laissé que des miettes à ses adversaires, gagnant 14 des 19 compétitions dans lesquelles il était engagé entre 2008 et 2012. Une formidable hégémonie qui ne pouvait durer indéfiniment. Un jour, le club blaugrana et ses extra-terrestres reviendraient sur terre. En une semaine, le Bayern Munich s’est chargé de la sentence. 

Un Barça handicapé par les blessures

Privés de Puyol, Mascherano et Abidal, soit trois de ses meilleurs atouts défensifs, les Blaugrana ont manqué d’impact face aux attaquants bavarois. Et sans Messi (quadruple ballon d’or, faut-il le rappeler ?) sur le front de l’attaque, l’imagination leur a fait défaut. Des raisons qui expliquent en partie la déroute. En partie, car la "génération Pep" a vécu et les cadres sont usés par tant d’années de règne. Valdès, 31 ans, va quitter le navire en fin de saison. Capitaine emblématique, Carles Puyol, 35 ans, n’a joué que 22 matches cette saison. Comme Xavi, 33 ans, le défenseur barcelonais paye des saisons à rallonge pour cause de compétitions internationales. Sa tumeur au foie soignée, Abidal se dit prêt à jouer encore deux ans. Mais quid de son niveau à 33 ans après une saison loin des terrains.

Brillant technicien, Guardiola a provoqué la petite mort de "son" Barça. En se trompant régulièrement sur le recrutement, le Philosophe n’a cessé d’affaiblir son groupe ces dernières saisons. David Villa et Cesc Fabregas, hors du coup hier soir, en sont les symboles les plus criants. La première saison d’El Guaje laissait pourtant augurer un avenir radieux. Acheté 40 millions d’euros environ, l’ancien Valencian avait marqué 23 buts dont un en finale de Ligue des champions pour entériner la victoire face à Manchester United. Cette saison, ses 14 maigres réalisations ne font pas le poids. Pour l’ex-Gunner, les 28 millions d’euros déboursés ne sont pas encore rentabilisés. Malgré 10 buts et 10 passes décisives en Liga, le milieu de terrain peine à exister dans l’entrejeu catalan lors des grands matches. Débarqué de l’Udinese pour le même tarif, Alexis Sanchez s’est éteint après une saison inaugurale prometteuse.

La jeunesse au pouvoir

Dans le sillage de ces renforts décevants, les jeunes pousses de la Masia n’ont pas fait leur trou en équipe première. Thiago Alcantara et Martin Montoya ont bien joué 32 et 22 matches cette année, mais ils n’ont jamais été titulaires lors des grands rendez-vous. Souvent dépassé face aux Allemands, Marc Bartra est encore léger. Tout comme Jonathan Dos Santos, seulement aligné 5 fois par Tito Vilanova. Prêté, les espoirs Andreu Fontas et Issac Cuenca reviendront en Catalogne. La saison prochaine en dira beaucoup sur le potentiel de cette jeunesse appelée à prendre le pouvoir.

Loin des discours alarmistes, l’institution culé peut voir l’avenir avec sérénité. Une équipe demi-finaliste de Ligue des champions six fois consécutivement ne meurt pas du jour au lendemain. Leo Messi, Pedro, Alex Song ou Fabregas n’ont que 25 ans. Sergio Busquets, Alexis Sanchez et Jordi Alba affichent 24 printemps. Piqué en a 26. Et Iniesta 28. L’effectif blaugrana a de solides fondations. "Il va falloir prendre des décisions en vue de la saison prochaine", a prévenu Gérard Piqué. Aux dirigeants blaugrana de jouer. 

Jerome Carrere