Laurent Blanc: "Notre match-référence, bien entendu"

Laurent Blanc: "Notre match-référence, bien entendu"

Publié le , modifié le

Laurent Blanc s'est félicité du "match référence" réussi par son équipe du Paris SG, vainqueur du FC Barcelone (3-2) mardi en Ligue des champions.

Que ressentez-vous ?
LB: "Je ressens beaucoup de satisfaction d'avoir gagné ce match. On avait eu  peu de temps pour le préparer, car on avait joué samedi à Toulouse (1-1) où on  n'avait pas fait un très grand match. On était dans une période délicate.  J'avis dit aux joueurs que pour faire de grands résultats, il fallait une  grande production collective. Même si des joueurs ont fait un match  exraordinaire, ç'a été le cas, je retiens la performance collective. On a  retrouvé certaines valeurs, qu'on n'avait pas perdues mais qu'on avait du mal à  mettre en pratique en championnat. La Ligue des champions, c'est une autre  compétition, les joueurs sont plus déterminés, plus motivés; sans ça on perd le  match contre Barcelone".
   
Le PSG a donc plus envie dans certains matches...
"Oui, on le sait. Malgré le début de saison compliqué, certes plus que  ce qu'on pouvait penser, au niveau des résultats mais sans avoir perdu un seul  match, avec l'odeur de la Ligue des champions et Barcelone chez soi,  inconsciemment on est plus motivés, déterminés. Dans notre situation, il nous  fallait un tel match dans cette compétition pour aller chercher ces valeurs-là.  Sans ces valeurs, outre la technique quand même, on n'aurait pas gagné. Avant  le match, on se dit: ou on retrouve une grande équipe, ou on se retrouve au  fond du trou".
   
Est-ce votre plus belle victoire en tant qu'entraîneur du PSG?
"Celle-là, je m'en souviendrai, je pense que les joueurs et les  personnes présentes au stade aussi. La préparation a été compliquée, notamment  quand l'environnement met beaucoup de pression, mais ça met du piment au match,  et quand il y a ce résultat, c'est une grande satisfaction".
   
Comment avez-vous trouvé vos défenseurs centraux ?
"A l'image de l'équipes, très déterminés. Ce n'était pas facile, car  Messi dézone constamment, donc il faut faire attention aux joueurs de côté.  Marquinhos a joué avec une douleur à la cuisse et a joué toute la deuxième  mi-temps avec ça, et c'est lui qui nous sauve le match à quelques minutes de la  fin. Dans ce type de match, les attaquants ont une importance primordiale parce  que normalement ils doivent marquer des buts, mais les défenseurs donnent  confiance et donnent le ton de l'agressivité. Notre défense a eu de  l'agressivité, de la juste agressivité, qui nous manquait jusque là".
   
En 2014, Paris a battu Chelsea et Barcelone...
"Si on prend les deux résultats secs, on se dit qu'on peut lutter contre  des équipes qui ont une expérience beaucoup plus importante. C'est déjà une  bonne chose, mais la Ligue des champions dure longtemps, il faut être en forme  dans les poules mais surtout en mars et avril. C'est des bons signes, les  nouveaux propriétaires sont en train de construire un club avec une ambition  européenne importante. On peut lutter sur un match, deux matches, contre des  équipes vainqueurs de la Ligue des champions. La Ligue des champions, c'est  aussi ce genre de régularité, attendons de voir la suite".
   
Ce match lance-t-il votre saison ?
"On l'espère, même si la saison a débuté. C'est notre match référence,  bien entendu".
   
Pastore peut-il être un joueur déterminant?
"C'est lui qui a la réponse. Ce soir, je l'ai maintenu à un poste qui  lui va très bien, derrière l'attaquant. Il a un volume de jeu très important,  physiquement il peut supporter de grandes courses. Quand il a confiance comme  ce soir, il est capable de faire ce type de match. On a mis Blaise en faux  milieu gauche pour contenir les assauts de Barcelone, tout en ayant l'espoir  qu'il puisse se transférer vers l'avant, parce que lui aussi est un joueur  physiquement fort. D'autres joueurs ont réalisé une excellente performance  individuelle".
   
Et Verratti a marqué son premier but...
"Marco, ce n'est pas étonnant qu'il marque un but de la tête au deuxième  poteau, il ne fait jamais rien comme les autres (rires). Il marque le but qu'on  n'attend pas, lui qui mesure 1,64 mètre. Je suis content pour lui; dans ces  matches là il a prouvé qu'il pouvait élever son niveau, physiquement notamment.  S'il se met à devenir dangereux offensivement, ça peut être bon pour lui et  pour nous".

AFP