José Mourinho - Laurent Blanc
José Mourinho et Laurent Blanc avant Chelsea-PSG en 8e de finale retour de la Ligue des champions 2014-2015. | BACKPAGE IMAGES / BACKPAGE IMAGES LTD / DPPI MEDIA

Laurent Blanc: "du 50/50" entre le PSG et Chelsea

Publié le , modifié le

Face à Chelsea, "cette fois, ce sera du 50/50", a estimé mardi Laurent Blanc à propos du 8e de finale de Ligue des champions que le Paris SG disputera face aux Blues les 16 février (aller au Parc des Princes) et 9 mars (retour à Stamford Bridge).

"Cette fois ce sera du 50/50", a dit Blanc au lendemain du tirage au sort  qui offre aux deux rivaux une belle dans la compétition européenne phare, alors  que Chelsea avait éliminé le PSG en quarts de finale de l'édition 2013-2014 et  que le club de la capitale avait pris sa revanche lors du précédent exercice en  8e de finale aux dépens des Blues. Selon Blanc, "bien qu'on les ait battus la dernière fois, le rapport de  force n'a pas évolué pour cette saison. Il est toujours élevé entre deux clubs  très ambitieux". Pourtant les courbes de forme sont particulièrement inversées entre le  triple champion de France qui survole la Ligue 1, avec 17 points d'avance en  tête à une journée de la trêve, et le champion d'Angleterre qui flirte  dangereusement avec la zone rouge (16e) et pointe à 20 longueurs de son dernier  bourreau en date et leader, Leicester.

"Le mois de février n'est pas si loin, mais rien ne dit que Chelsea sera  encore dans la même position, et rien ne dit qu'on aura le même état de forme  en février qu'actuellement", a prudemment expliqué le technicien cévenol. A ce titre, Blanc s'est refusé à juger "facile" ce tirage. "Aucun  entraîneur ne se dit que c'est facile. Il faut bien analyser le tirage. En  terminant 2e de notre groupe, on avait de sacrées équipes à éviter. Là, on  affronte une belle équipe qui a déjà gagné la Ligue des champions". "La préparation du match sera la seule chose facile. Les deux équipes n'ont  pas beaucoup changé, elles se connaissent bien", a en revanche admis Blanc.

AFP