Trophée Ligue des champions
La "Coupe aux grandes oreilles" sera décernée samedi à l'Atlético ou au Real. | MAXPPP - MICHAEL ALESI

La Ligue des champions favorise de plus en plus les riches

Publié le , modifié le

La rumeur se faisait plus tenace ces dernières semaines, et la nouvelle est tombée ce vendredi. L'Union européenne du football (UEFA) a bien décidé de garantir quatre places en phase de groupes de Ligue des champions à chacun des quatre pays les mieux classés à l'indice UEFA. Cette nouvelle règle s'appliquera pour le prochain cycle de la prestigieuse compétition, soit de 2018 à 2021. Actuellement, l'Espagne, l'Angleterre, l'Allemagne et l'Italie occupent -avec une confortable avance- les quatre premières place.

Pour résumer, c'est un peu la victoire des riches sur les pauvres. Alors que Michel Platini avait oeuvré pour ouvrir les différentes compétitions européennes à l'ensemble des pays, il semble que le départ forcé de l'ancien patron de l'UEFA a offert un boulevard aux grands argentiers du football européen. La menace agitée par les certains des plus grands clubs européens de créer une Super League a donc poussé la plus haute instance du football continental à offrir plus de places aux grands clubs. Aujourd'hui, l'Espagne, l'Angleterre et l'Allemagne, bénéficient de trois accès directs à la très lucrative compétition européenne, le quatrième devant passer par les barrages. Quatrième à l'indice UEFA, l'Italie ne qualifie directement que le champion de la saison passée et son dauphin, sachant que le troisième doit passer par les barrages. Avec deux places supplémentaires, la Serie A est la grande gagnante.

Pour la Ligue 1, qui oscille depuis des années entre la cinquième et la sixième place de l'indice, cette décision est, a priori, plutôt une bonne nouvelle. Selon le nouveau règlement, il n'y aura en effet pas de changement pour les pays classés 5e et 6e. Le champion de la saison écoulée et son dauphin seront directement qualifiés et le troisième devra passer par un barrage, comme c'est le cas encore cette saison. Grâce à ce changement, le troisième qui doit en passer par les barrages, est certain de ne pas croiser un club allemand, espagnol, anglais ou italien. "Nous avions une réflexion à mener, il était impossible de satisfaire tout le monde, mais il fallait garder le rêve vivant et au final toutes les fédérations (55) participent au départ et le même format (32 équipes en groupes, 8 poules de quatre) est conservé", a commenté le secrétaire général par intérim de l'UEFA Théodore Théodoridis. Pour les petintes nations, c'est bien moins exhaltant. Cette année, 22 clubs étaient qualifiés directement en groupes et 10 étaient issus des barrages. Pour 2018-21, 26 seront qualifiés directement et 6 seulement proviendront des barrages... Le monde du football est ainsi fait.