La Ligue des champions, bouton du siège éjectable de Diego Simeone ?

Publié le , modifié le

Auteur·e : Théo Dorangeon
Diego Simeone

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L'Atlético de Madrid joue sa qualification en huitième de finale de la Ligue des champions ce mercredi. Les Madrilènes doivent s'imposer face au Lokomotiv Moscou pour s'assurer un avenir cette saison en C1. Une contre-performance laisserait la porte ouverte au Bayer Leverkusen, adversaire de la Juventus Turin. Un échec pourrait provoquer le départ de l'entraîneur Diego Simeone, en poste depuis 2011.

L'Atlético Madrid joue une partie de sa saison ce mercredi. Le club espagnol défie à distance le Bayer Leverkusen pour la deuxième place de son groupe en Ligue des champions. Une victoire contre le Lokomotiv Moscou suffit pour se qualifier. Tout autre résultat et les Madrilènes devront espérer que les Allemands ne l'emportent pas face à la Juventus Turin, déjà qualifiée. Dans ce contexte, un homme peut jouer sa place : Diego Simeone.

Voilà un mois et un jour que lui et son groupe n'ont pas goûté au succès. Le bilan depuis s'avère famélique : deux nuls et deux défaites, un seul but marqué. Alors certes, les Colchoneros n'encaissent que peu de buts, trois sur la période (meilleure défense du championnat). Mais les résultats ne viennent pas. Les exemples parfaits sont les défaites face à la Juventus de Turin en Ligue des Champions (1-0, 26 novembre) et face à Barcelone en Liga (1-0, 1er décembre). A chaque fois, les Madrilènes ont eu les opportunités mais ont flanché sur un exploit adverse. Si près, si loin.

"Pour gagner des matches, il faut que l'on marque des buts et on n'y arrive pas", regrette le milieu Koke avec le nul concédé vendredi dernier face à la Villarreal (0-0). "Il nous manque de la chance ou de la précision... Je ne sais pas trop ce qu'il nous manque." Inquiétant. Car l'Atlético pointe à la septième place en Liga, avec le pire total de points après 16 journées sous l'ère Simeone (26). Ce dernier évoque même une période de "doute". "On n'y arrive pas, donc ça nous inquiète. Il faut effacer ce doute par le travail. Plus il y aura des doutes, moins il y aura de précisions devant le but". 

La patte Simeone ne prend pas sur un effectif chamboulé

Arrivé en 2011 sur le banc d'un Atlético loin des sommets, Diego Simeone a façonné son équipe avec patience, vigueur et travail. L'Argentin s'est longtemps appuyé sur un noyau dur, tout en formant des jeunes joueurs à sa philosophie. "Historiquement, notre club achète des joueurs pour les faire grandir et les aider à se développer, tout en leur inculquant nos valeurs", expliquait-il avant la saison. Les exemples sont nombreux : Antoine Griezmann, Koke ou José Gimenez. Ainsi, "El Cholo" et ses joueurs ont remporté la Liga en 2014, et atteint par deux fois la finale de la Ligue des Champions (2014 et 2016). 

Mais pour la première fois peut-être, l'incertitude semble prendre le pas dans l'histoire de Diego Simeone à l'Atlético. Son idée de jeu peine à s'immiscer au cœur de ce nouvel Atlético. "Une période de transition", décrit l'ancien joueur professionnel. En effet, la ligne directrice sous Simeone a été transgressée l'été dernier. Le club madrilène a perdu près de la moitié de ses joueurs majeurs : Antoine Griezmann, le capitaine Diego Godin, Juanfran, Lucas Hernandez ou encore Filipe Luis. Tous remplacés sur le marché des transferts par des joueurs confirmés, mais pas initiés au système de Simeone. Difficile en aussi peu de temps de recréer l'alchimie trouvée après des saisons de travail. C'est "le plus grand défi" de ses huit années passées sur le banc selon lui.

à voir aussi Comment Griezmann a marqué l'Atlético de son empreinte Comment Griezmann a marqué l'Atlético de son empreinte

Aujourd'hui, son collectif demeure en grand chantier. Après avoir fait la révolution au sein du club, Diego Simeone doit trouver les ressources pour le faire évoluer, notamment offensivement. La recrue star de l'été, Joao Félix, se montre trop irrégulier pour mener les Rojiblancos. Mais comme depuis toujours, tous semblent pousser en faveur de leur entraîneur. "Il travaille toujours de la même manière, on est tous avec lui, l'équipe s'entraîne bien", confie Koke.

Dix buts sur les trois derniers matches face au Lokomotiv

La rencontre de ce mercredi face aux Moscovites peut s'avérer vitale pour l'avenir de Diego Simeone. Toutefois, l'adversaire semble idoine pour un redressement de l'Atlético de Madrid. Sans but marqué lors des trois derniers matches, les Colchoneros veulent retrouver de l'allant offensif face à une équipe qui leur sourit. Dix buts inscrits sur les trois dernières rencontres : 3-0 et 5-1 en 2018, 2-0 au match aller en octobre. Et un chiffre se montre encourageant : sept de ces dix buts ont été marqués par des joueurs toujours présents (Saul par deux fois, Costa, Koke, Correa, Joao Felix et Thomas). A noter tout de même que Diego Costa est absent, après une opération d'une hernie discale cervicale.

Archi favori, l'Atlético et son entraîneur n'ont donc pas le droit à l'erreur. Une non qualification en 8e mettrait fortement en péril la situation de Diego Simeone, lui qui a toujours été suivi, quasiment les yeux fermés, depuis des années par les supporters même quand son équipe ratait ses objectifs. En cas de scénario funeste, le club serait rétrogradé en Ligue Europa, comme en 2017-2018. Les Madrilènes avaient d'ailleurs remporté la C3 face à Marseille cette année-ci. Mais la confiance en Simeone deviendrait de plus en plus ébranlée.