Toulalan a du mal face à la défense de la Juve
. | EPA-Maxppp - Sébastien Nogier

La Juve se qualifie à l'Italienne

Publié le , modifié le

Avec son seul petit but acquis à l'aller, la Juventus a décroché sa qualification pour le dernier carré de la Ligue des Champions, en allant faire match nul (0-0) à Monaco mercredi en quarts de finale retour. Les Monégasques ne se sont pourtant pas économisés, mettant beaucoup d'intensité dans cette rencontre, mais les Italiens plus expérimentés ont su rester intraitables en défense.

Monaco n'aura pourtant rien à se reprocher. Car contrairement aux Parisiens la veille, les joueurs de Jardim ont eu de très belles intentions durant cette partie et se sont même créés quelques occasions, mais leurs actions ont le plus souvent été imprécises et trop désordonnées pour prendre à défaut une équipe italienne dont la défense reste le point fort. 

Un pénalty oublié

Les Monégasques ont surtout beaucoup poussé en première période, en mettant d'entrée la pression sur le but turinois. Kondogbia intenable a mis le premier le feu au poudre avec une frappe mal ajustée, dès la 1re minute, puis un nouveau tir stoppé par Buffon (20e). Entre temps, un débordement de Bernardo Silva dont le centre ne trouvait personne sauf Benzagli devant Buffon trop juste sur sa sortie, aurait pu donner l'avantage à l'ASM. 

Mais dans un festival de ballons perdus de part et d'autre, il en fallait plus pour inquiéter les joueurs de la Juve qui s'offraient même un contre par Lichtsteiner devancé par Subasic. Les Monégasques pensaient pourtant obtenir un pénalty qui aurait logiquement du être sifflé, lorsque Kondogbia était pris en sandwich par Chiellini et Vidal (36e). Mais l'arbitre écossais M.Collum ne disait rien. Les Monégasques continuaient de porter le fer mais toujours avec autant de maladresses et gardaient tout de même un peu d'espoir à la pause.

Des regrets à avoir

La deuxième mi-temps était un peu moins intense, mais tout aussi hachée. Les hommes du Rocher poussaient encore devant le but de Buffon qui se trouait une première fois sur un centre de Moutinho et voyait le ballon repoussé par Evra, puis sortait ensuite avec autorité devant Berbatov. Même si sur un contre de Pirlo mal négocié par Morata et sur un coup franc de ce même Pirlo qui trouvait l'angle de la cage de Subasic, dans les dernières mintues, les Turinois auraient pu aussi marquer, ce furent tout de même les Monégasques qui furent les plus entreprenants dans cette rencontre, mais il leur a toujours manqué quelque chose dans la finition, dans le dernier geste, dans la précision... Et parfois même aussi dans les décisions arbitrales.

Les Rouge et Blanc peuvent vraiment avoir des regrets car à aucun moment ils ne se sont révélés fébriles ni n'ont fait preuve du moindre complexe, dans une rencontre qu'ils ont globalement dominée. De son côté, la Juventus n'a pas vraiment montré grand chose.... Si ce ne fut une véritable capacité à garder un avantage, si minime fut-il, C'est peut-être simplement cela qui fait la différence. Et qui fait pour la douzième fois en douze oppositions, un club de Ligue 1 échoue contre les Turinois. 

Christian Grégoire