La joie du buteur Higuain contre Monaco
Gonzalo Higuain, auteur d'un doublé terrible, met l'AS Monaco à terre | AFP - Anne-Christine POUJOULAT

La Juve donne une leçon de réalisme à Monaco

Publié le , modifié le

Monaco a pris une véritable leçon d'efficacité et de maîtrise, en s'incliant sur sa pelouse (2-0) face à la Juventus de Turin, mercredi en demi-finale aller de la Ligue es Champions. L'armada offensive monégasque a manqué de réalisme et s'est surtout heurtée à une énorme défense d'une solidité à toute épreuve. La tâche s'annonce très compliquée dans une semaine lors du match retour à Turin.

Les Monégasques auront sans doute bien des regrets à l’issue de cette première manche. D’abord, parce qu’ils ont mis du temps à entrer dans la partie, et à prendre la mesure de l’enjeu. Même s’ils ont dû débuter sans Benjamin Mendy, blessé, et s’ils pourraient se plaindre de quelques décisions qui leur ont été défavorables, mais si ces quelques faits de jeu n’ont pas influé sur le résultat. Durant un gros quart d’heure, ils ont laissé la mainmise à des Turinois bien organisés, qui sont allés mettre le danger sur la cage de Subasic. Fébriles et un peu spectateurss , les hommes de Jardim ont été bousculés dans le milieu de terrain. Jusqu’à un éclair de Mbappé qui butait sur Buffon, mais qui réveillait ses couleurs.

Higuain puissance deux 

Mbappe encore lui, puis Falcao enchainaient sur ce temps fort, mais Buffon était encore une fois impeccable. La Juventus maintenait pourtant son rythme, ratissait des ballons, et se montrait efficace pour aller inquiéter Subasic. Sur une relace rapide de Buffon, relayée au milieu, Dani Alvès adressait une belle talonnade pour Higuain dont la frappe trompatt le portier monégasque (1-0, 29e).

Saisis par ce coup du sort, les coéquipiers de Fabinho ne se démontaient pas pour autant. Dès l’entame de la deuxième période, ils multipliaient les occasions, entre la 47e et la 54e minute. Par Falcao, lancé par Bernadro Silva, puis par Mbappe bien servi par Lemar, ou encore par Bernardo Silva, mais tous se heurtaient chaque fois à l’incroyable Buffon. Les Turirnois continuaient pourtant d‘afficher confiance et sérénité, en laissant passer l’orage. Mais en sachant aussi faire feu de tout bois avec une redoutable efficacité. Sur un ballon perdu par Bakayoko, récupéré par Dybala jusqu’à Dani Alves, celui-ci trouvait Higuain qui, d’une reprise imparable trompait une nouvelle fois Subasic (2-0, 59e).

Vaines poussées monégasques


Assise sur son avantage, la Juventus défendait alors son territoire avec tranquillité et efficacité. Le rythme tombait un peu, et les Monégasques tentaient encore, mais de façon plus brouillonne. Quelques tentatives, sur cous de pied arrêtés notamment, pi des ballons en profondeur mal maîtrisés ne suffisaient pas à permettre aux Monégasques de changer le cours du match, même si un coup franc de Moutinho, repoussé par Buffon aurait pu être repris par Falcao, avec un peu plus de promptitude de sa part à la 87e., et deux minutes plus tard sur un autre coup franc, la repris de la tête de Germain frôlait la transversale italienne. Les Monégasqyes poussaient mais sans faire plier les hommes d’Allegri qui confortaient leur statut de meilleur défense de cette Ligue des Champions.(deux buts concédés seulement) Les Monégasques,eux,, dans la compétition, en ont déjà encaissé 16. ce qui est beaucoup, lorsque l'attaque ne peut pas compenser. Et ces deux buts pris à Louis II risque de signifier, pour eux, la fin de l’aventure.

Christian Grégoire