revue de presse - bayern
La presse allemande, euphorique à l'idée d'une finale "de rêve" 100% allemande | DR

La germa-mania s’empare de la presse

Publié le , modifié le

La presse allemande célèbre en grande pompe la victoire du Bayern Munich et "une finale de rêve" 100% allemande face à Dortmund. En Espagne, en revanche, on retient surtout de la déculottée du Barça une impression de fin de cycle avec les figures vieillissantes des Blaugrana. "Que reste t-il de l’équipe de Pep ?" s’interroge Marca, un an après le départ de Josep Guardiola, l’homme qui les avait mené au sommet.

"Nous sommes la Ligue des Champions !" C’est avec ce titre fanfaron que le quotidien allemand Bild savoure la qualification du Bayern Munich face à Barcelone (3-0). Les Bavarois rejoindront le Borussia Dortmund à Wembley pour une finale de C1 historique, la première entre deux clubs allemands. Et ça méritait bien quelques éloges appuyés. "Oui, oui, oui. Voici la finale du siècle !" surenchérit le journal dans ses colonnes.

Même son de cloche dans le magazine sportif voisin Kicker qui titre en pleine page "Traumfinale" (Finale de rêve) "Made in Germany". "Incroyable,  historique", les qualificatifs ne manquent pas pour souligner la performance des coéquipiers de Franck Ribéry, qui ont infligé un (7-0) aux Catalans sur l'ensemble des deux matchs.

"Parlez-vous allemand ?"

Si cette grandiloquence est attendue de la part de la presse d’outre-rhin, elle prend tout son poids dans les journaux étrangers à l’événement. Ainsi, un peu partout en Europe, la vague allemande emporte tout sur son passage. En France, L’Equipe se fend d’un "Sprechen Sie Deutsch ?", traduisez : "Parlez-vous allemand ?".  Idem dans ses colonnes où Didier Braun s’amuse en annonçant "Das ist Wembley" (Voilà Wembley). Le journaliste chroniqueur admet, comme tant d'autres, que les clubs allemands "imposent une domination sans partage sur la Ligue des Champions".

En Angleterre, pays hôte de la finale du 25 mai, on met les bouchées doubles pour peaufiner son allemand. Le tabloïd The Sun se prête au jeu, n'hésitant pas à jouer la provoc' : "As they say in the Fatherland : Deutschland Uber Alles" (Comme on dit dans la patrie : “L’Allemagne avant tout"). "Wembley se prépare à une grande invasion par nos cousins anglo-saxons".

L'Espagne digère mal

Si l’on cède facilement à cette germa-mania dans le sillage des deux formations allemandes, en Espagne en revanche, la pilule – bien qu’attendue – est difficile à avaler. "La pire déroute de l'histoire du Barça" avance le site en ligne de AS. "Un grand Bayern", titre Mundo Deportivo, affirmant que "les Allemands ont écrasé un Barça liquéfié". "Le Barça n'a été qu'un jouet cassé entre les mains d'un géant baptisé Bayern", insiste le quotidien.

On ne reconnaît plus l’équipe qui avait fait les grandes heures de la Catalogne. "Qué queda del Pep Team ?" (Que reste t-il de l’équipe de Pep ?) lance de son côté Marca. Le quotidien n’y va pas avec le dos de la cuillère pour commenter la performance des Blaugrana. Il tire à boulets rouges sur la formation catalane et soulève trois problématiques à gérer de toute urgence : "le remplacement de ses vétérans, un meilleur recrutement et un centre de formation moins riche qu’auparavant". Et de conclure :" L’humiliation contre le Bayern ouvre une nouvelle ère." C'est peut-être vrai. Enfin... Vielleicht ist es wahr.

Vidéo: la célébration des supporters à Munich

Voir la video