Alexandre Lacazette - Lyon - La Gantoise
La Gantoise est la grande surprise de la phase de poule de la Ligue des champions | AFP

La Gantoise : une nouvelle surprise ?

Publié le , modifié le

La Gantoise , révélation de la phase de poules et invitée surprise des 8es de finale de la Ligue des champions, rêve d'un nouvel exploit même si le club belge n'est pas favori au moment de recevoir la formation allemande de Wolfsburg, mercredi à Gand.

Après avoir fait le grand saut en sortant d'un groupe où figuraient le  Zenit Saint-Pétersbourg, Valence et l'Olympique Lyonnais, les Buffalos  espéraient tirer un "gros" au stade suivant. "Nous rêvions du Real, de Barcelone, du Bayern, ce qui aurait été notre  récompense après notre brillant mais surprenant parcours, admet le meneur de  jeu Sven Kums. C'est presque dommage d'avoir fait tout ce chemin pour se faire  sortir par Wolfsburg". Le club allemand a les faveurs du pronostic. Son défenseur international  brésilien Dante l'assure: "en principe nous sommes favoris". Mais le duel pourrait être plus serré qu'il n'y paraît. En cause, la  méforme affichée par les Loups ces dernières semaines. Un bilan désastreux pour  une équipe qui pointe en 8e position de la Bundesliga: une série de quatre  défaites et trois nuls seulement brisée le week-end dernier par un succès face  à Ingolstadt. Le club éprouve des difficultés à digérer le départ de la star belge Kevin  De Bruyne, parti rejoindre Manchester City l'été dernier contre la somme de 75  millions d'euros. "C'était un buteur et un donneur d'assists (passes décisives) et malgré  l'arrivée de gars doués comme Kruse ou Draxler, l'équipe doit se reconstruire  selon un nouveau schéma", admet le directeur sportif Klaus Allofs.

Diables Rouges à l'Euro ?

"Nous prenons peut-être Wolfsburg au bon moment, on se remet à rêver de  qualification", déclare au journal Le Soir le manager de La Gantoise , Michel  Louwagie. Propriétaire de Wolfsburg, le géant automobile Volkswagen, au centre du  scandale de la fraude aux émissions polluantes, est moins concentré sur le  football et cela a des répercussions sur le club, selon Louwagie. "Il y a moins d'argent. Les 75 millions rapportés par De Bruyne n'ont pas  été réinjectés dans les transferts. On sent que ce club se cherche", analyse le  dirigeant belge. A La Gantoise , tous les voyants sont au vert malgré deux défaites récemment  face au FC Bruges (en Coupe puis en championnat). "C'était une piqûre de rappel qui va avoir un effet bénéfique sur la suite  de notre saison", veut se convaincre l'attaquant Laurent Depoitre, qui quittera  Gand en fin de saison, peut-être pour la Premier League. En attendant, le buteur et ses équipiers auront l'occasion d'écrire  l'histoire de leur club dès mercredi dans l'ultra-moderne Ghelamco Arena. Champion de Belgique pour la première fois de son histoire la saison  dernière, le club du président Yvan De Witte veut surfer sur la vague positive  de ces derniers mois. Encore inconnus de la scène internationale il y a un an, plusieurs joueurs  (Sven Kums, Laurent Depoitre, le gardien Mats Sels), voient dans la C1 un  tremplin pour intégrer le groupe des Diables Rouges à l'Euro-2016. Quant à l'entraîneur Hein Vanhaezebrouck, son audace (sa défense à trois)  et son évident sens tactique pourraient séduire plusieurs clubs de championnats  huppés. Une qualification pour les quarts face à Wolfsburg ferait à coup sûr encore  monter la cote de ces Belges que personne ne craignait il y a cinq mois.  Depuis, la donne a changé.

AFP