La Gantoise - Lyon
Le joueur de La Gantoise, Milicevic, au duel avec Gonalons | AFP - JOHN THYS

La Gantoise fait mieux que résister à Lyon

Publié le , modifié le

Réduite à 10 à la 41e minute puis à 9 à la 88e minute, La Gantoise a décroché un valeureux match nul contre Lyon (1-1), lors de la 1e journée de la Ligue des Champions. L'équipe belge a dominé la première période. La deuxième période a été beaucoup mieux maîtrisée par l'OL, qui a marqué par Jallet (58e), mais Milicevic (68e) a égalisé. Lacazette a vu son penalty (89e) repoussé par le gardien. Dans ce même groupe H, la surprises est venue de la défaite à domicile de Valence, face au Zenit (3-2).

La Gantoise, ce n'est pas un grand d'Europe. Pas même un grand de Belgique. Mais elle aspire à faire partie du gotha. Son premier titre national conquis la saison passée donne des ailes au club flandrien, dans ses frontières ou sur la scène européenne. Surtout au moment d'affronter des Lyonnais de retour en Ligue des Champions après trois saisons d'absence.

Dans son antre rutilante de la Ghelamco Arena, le club de Gand a rapidement montré toutes ses ambitions, et son envie de jouer sans pression, en exerçant un gros pressing. Dès la 2e minute, une accélération de Simon, intenable sur le côté gauche durant toute la première période, donnait le frisson. Le Nigérian trouvait Dejaeghere au centre qui voyait son tir repoussé du pied par Lopes. Ce mouvement était le reflet de la domination belge. A la 9e minute, Depoitre prenait Umtiti de vitesse et, face à Lopes sorti à sa rencontre, envoyait le ballon sur la transversale lyonnaise. Les frissons passaient encore dans le dos des Olympiens, pour un tacle de Morel dans sa propre surface sur Dejaeghere (16e). Et que dire de la 26e minute, où Depoitre trouvait le chemin des filets, mais son but était refusé pour hors jeu. Bousculé, l'OL réagissait après la demi-heure par une frappe du gauche de Lacazette, déviée du pied par le portier adverse (33e). 

La Gantoise réduite à 10 à la 41e minute

Mais le tournant du match survenait à la 41e minute. Dejaeghere mettait la semelle sur Gonalons. L'arbitre sortait le carton rouge, qu'aurait peut-être mérité un tacle peu maitrisé de Ferri quelques minutes plus tôt. Réduite à 10, La Gantoise ne s'arrêtait pas pour autant, avec notamment cette géniale passe aveugle de Depoitre dans le dos de la défense pour Neto qui ne faisait qu'effleurer insuffisamment le ballon devant Lopes (44e). En revanche, après la pause, Lyon renversait la vapeur. Et l'entrée en jeu de Jallet n'y était pas pour rien. A la 48e minute, suite à un cafouillage devant la défense belge, le latéral donnait à Gonalons qui mettait en retrait à Toliso qui ne cadrait pas son tir. Puis, l'ancien Parisien voyait son centre mis en corner par Nielsen (50e). Et à la 58e minute, c'est lui qui venait, de loin, couper la trajectoire du corner de Valbuena au premier poteau, pour placer sa tête décroisée au fond des filets (1-0). 

C'était la libération pour les Lyonnais. Ils pensaient même faire le break sur un centre de Beauvue, repris victorieusement de la tête par Lacazette. Mais comme pour La Gantoise en première période, le but était refusé pour hors jeu (64e). Et quatre minutes après, de l'autre côté du terrain, Milicevic, parfaitement décalé sur le côté gauche et bien esseulé, égalisait d'un tir croisé (68e). Une vraie récompense, à l'issue d'une action encore initiée par ce poison de Depoitre. Elle aurait pu être vaine si Valbuena avait cadré sa tête plongeante à la 74e minute. Et encore plus à la 89e minute, sur un penalty généreux accordé pour une faute sur Kalulu de Nielsen, qui écopait d'un rouge. Mais Lacazette voyait le gardien Sels dévier sa tentative d'une belle main gauche solide. Le meilleur buteur de Ligue 1 de la saison passée demeure le fantôme du joueur qu'il était.

Et Lyon ne s'est pas donné les moyens de mériter et de prendre les trois points face à une équipe qui a évolué longtemps en infériorité numérique. A La Gantoise, ce premier point en Ligue des Champions est légitimement vécu comme une victoire.

Réactio​ns

Hubert Fournier (entraîneur de  Lyon): "C'est une déception de terminer sur un penalty raté. Nous avons été  bousculés par la fougue de La Gantoise qui a débuté avec beaucoup d'envie. La  supériorité numérique devait nous permettre de gagner ce match-là. On devait au  minimum garder le 0-1. Mais nous prenons un but que je qualifie de +stupide+.  Et puis, sur ce penalty (à la 88e), le destin nous joue un sale tour. L'avenir  nous dira si ce penalty manqué par Lacazette pèsera (sur la confiance du  joueur). Nous n'avons pas été capables de marquer durant nos temps forts en  deuxième période. C'est un regret mais c'est aussi le mérite de La Gantoise.  C'est d'autant plus dommageable que Valence a perdu à domicile. Le prochain  match à Lyon face aux Espagnols sera déjà très très importants".
   
Hein Vanhaezebrouck (entraîneur de La Gantoise): "Je suis fier de mes gars.  Nous méritions d'atteindre la pause avec un but d'avance. Malheureusement, nous  ne marquons pas et nous nous retrouvons à 10 (suite à l'exclusion de  Dejaegere). Malgré ce contretemps, nous avons continué à presser notre  adversaire et à l'empêcher de jouer. Quelle belle réaction de mes joueurs, même  après le 0-1 ! A 11 contre 11, nous aurions peut-être gagné ce match. Mais  c'est tout de même le sentiment de satisfaction qui domine".