Kane : 6 mois pour devenir un très grand

Kane : 6 mois pour devenir un très grand

Publié le , modifié le

L’année 2018 va être très chargée pour Harry Kane. Ça commence dès mardi à Turin en 8es de finale aller de la Ligue des Champions, face à la Juve. Le serial buteur londonien aura à cœur de confirmer son statut de meilleur finisseur actuel. Ligue des champions avec Tottenham, Coupe du Monde avec l’Angleterre, dans les deux cas Kane sera l’arme numéro 1 de son équipe. Cet été, il devra faire un choix. Continuer à Tottenham, ou rejoindre un des mastodontes européens.

Meilleur buteur européen en 2017 avec 56 buts, plus que Messi et Ronaldo, il en est déjà à 32 sur la saison en cours. Mais pour jouer dans la même cour que les deux quintuples Ballon d’Or, il faut être à la hauteur dans les matchs couperets et gagner des trophées… Ce que Tottenham peine à faire les dernières saisons. Dernier trophée européen, la C3 en 1984.

Le déplacement à Turin pour aller affronter le finaliste de la Champions League 2017 devrait être un bon étalon. « C'est un match importantissime, mais c'est le genre de match que l'on veut quand on est un joueur » se réjouit le londonien, impatient d’en découdre. « On veut se tester contre les meilleurs et la Juventus a été incroyable en C1 récemment ». La « Juve » n’a encaissé qu’un but lors de ses seize derniers matches toutes compétitions confondues. Un défi à la hauteur du bonhomme qui est attendu de pied ferme dans le Piémont. « Harry Kane est pour moi l'attaquant le plus complet. Il est fort, bon de la tête, adroit avec ses pieds, rapide. Il peut marquer sur une touche, il peut dribbler. C'est un joueur incroyable et il est encore jeune. Tottenham a de la chance de l'avoir », a déclaré Sami Khedira au micro de la BBC.

Beaucoup de spéculations autour de l’attaquant anglais cet été et cet hiver, notamment suite aux louanges de Zinédine Zidane après la victoire (3-1) de Tottenham face au Real à Wembley, en phase de groupes. Selon The Sun, Kane, sous contrat jusqu'en 2022, ne toucherait que le 35e salaire de Premier League (moins de 6 M d’euros annuels). Daniel Lévy le président des Spurs réclamerait 350M€ pour sa star. Une somme qui ne semble plus si extravagante que ça pour des clubs tels que le Real Madrid ou le PSG.

L’heure de vérité arrive pour Tottenham et l’Angleterre se prend à rêver d’une renaissance sur la scène mondiale, entraînée par la locomotive Kane. Quoi qu’il advienne, il devra décider en février s’il continue avec les Spurs, ou s’il cède aux avances du Real et consorts. 6 mois qui marqueront sans nul doute, un tournant dans la carrière d’HurriKane.

Névil Gagnepain

francetv sport @francetvsport