Franck Ribéry - Bayern Munich
Le joueur français Franck Ribéry | AFP - CHRISTOF STACHE

Kaiser Ribéry était de sortie

Publié le , modifié le

L’impressionnante facilité du collectif allemand n’a pas empêché certains titulaires de se distinguer. C’est le cas de Franck Ribéry. A l’origine des deuxième et troisième buts bavarois (deux centres victorieux), le "kaiser" a martyrisé la défense barcelonaise grâce à ses coups de reins. A Wembley, il disputera la troisième finale de C1 de sa carrière. Avec la ferme intention de décrocher son premier titre.

A lire aussi : "Sans Messi, ce n'est pas le même Barça"
L
ire aussi : "L'Allemagne, le début d'une ère nouvelle"

Cette finale, il la voulait plus que tout le monde. Omniprésent sur le terrain mercredi soir, Franck Ribéry a été l’un des grands artisans du succès des Bavarois. Pour la troisième fois en quatre ans, la formation de Jupp Heynckes s’est qualifiée pour le sommet de l’Europe. Déçu lors des deux premières épopées – une fois blessé en 2010 face à l'Inter et une fois impuissant face à Chelsea en 2012 -Ribéry compte bien accrocher ce nouveau trophée à son palmarès. Le premier pour lui sur la scène européenne avec Munich, alors qu’il y évolue depuis 2007 et son transfert de l’OM.

Au Camp Nou, Ribéry n’a pas fait les choses à moitié. Relais essentiel pour sa formation, il a touché 85 ballons au cours de la rencontre, soit le joueur le plus sollicité parmi les deux effectifs. D’une rare justesse dans le jeu, il également réussi 80% de ses passes et 71 % de ses dribbles (5/7). Ça vous situe son homme.

"Je n'ai pas envie d'en perdre une troisième"

Après avoir abattu un remarquable travail défensif en première mi-temps (8 ballons interceptés) pour fermer le couloir de Daniel Alvès, il est passé à l’offensive dès que le jeu le permettait en seconde période. Et ses fulgurances ont rapidement mis à mal la défense catalane. Le défenseur brésilien a été le premier à en pâtir. Sur l’une d’entre elles, Ribéry mettait le feu dans la défense des Blaugrana. Son débordement sur l’aile accouchait d’un centre tendu que Gérard Piqué contrait du genou dans son propre but (72e min).

Quatre minutes plus tard, rebelote. Son jeu de jambes toujours aussi efficace malgré ses 30 ans, lui permettait d’adresser un centre parfait pour la tête de Thomas Müller. De quoi parachever le score si besoin était, et rendre très heureux le principal intéressé. "J'espère que cette fois-ci, on pourra remporter cette finale. Contre Dortmund, ce ne sera pas facile, c'est une équipe qui a un peu notre style, qui défend bien, qui court beaucoup aussi. Ce sera un bon match", a-t-il partagé au micro de Canal Plus. Et n’allez pas lui rappeler le proverbe qui dit "jamais deux sans trois". Cette finale là, le taulier de l’équipe de France (73 sélections) compte bien la remporter. "On espère qu'on sera meilleur que Dortmund et qu'on pourra gagner cette finale. J'ai déjà perdu deux finales, je n'ai pas envie d'en perdre une troisième".

Comme un symbole, Ribéry récupérait le brassard de capitaine à l’issue de la sortie de Philipp Lahm (77e min). De quoi le récompenser pour l’ensemble de ses efforts. Bien dans ses crampons (8 buts, 10 passes cette saison), Ribéry espère conserver cette dynamique pour mener son équipe vers le titre. Le 25 mai prochain à Wembley, il sera gonflé  à bloc.

Vidéo: le retour des joueurs du Bayern à Munich

Voir la video