Juventus-Barcelone: Messi-Dybala, comme on se retrouve

Juventus-Barcelone: Messi-Dybala, comme on se retrouve

Publié le , modifié le

Doublé de Dybala lors de la victoire 3-0 de la Juventus en avril dernier, doublé de Messi lors de la revanche barcelonaise sur le même score en septembre: les deux attaquants argentins ont sans surprise pesé lourd lors des dernières confrontations entre les deux équipes. Ce devrait être encore le cas mercredi à Turin, dans un match décisif pour la qualification en 8e de finale de Ligue des champions.

Deux génies indispensables

Au Barça, le départ de Neymar a rendu l'équipe encore plus dépendante de son attaquant-vedette et meilleur buteur, auteur de 16 buts en 18 apparitions toutes compétitions confondues cette saison. Il y a Messi, et il y a les autres: le deuxième meilleur buteur s'appelle Suarez (5 buts), à égalité avec "Autogol" (5 buts), le nom donné en Espagne aux... buts inscrits contre leurs camps par des joueurs adverses. Avec le nouvel entraîneur Ernesto Valverde, "la Puce" bénéficie d'un rôle plus axial par rapport au poste de faux ailier droit qui lui était dévolu dans le défunt trio "MSN". Plus libre, Messi apparaît où bon lui semble, aidé par les appels de Suarez ou Alcacer... et il est plus difficile à marquer.

Le statut de Dybala à la Juventus n'est évidemment pas comparable, mais lui aussi est l'atout offensif N.1, plus encore que Higuain, et tout est fait pour le mettre dans les meilleures conditions. Son état de forme avant ce nouveau choc est pourtant très incertain. Après avoir réussi un incroyable début de saison (10 buts en 7 journées de Serie A), Dybala a en effet plongé de façon spectaculaire. Samedi lors de défaite de la Juve contre la Sampdoria (3-2), il a tout de même enfin réussi à marquer après un mois sans le moindre but et deux mois sans but dans le jeu. Et sa dernière réalisation européenne remonte justement au 3-0 infligé au Barça la saison dernière en quart de finale de la C1.

Sélection et contrat

Les matches au sommet comme celui de mercredi sont aussi pour Dybala l'occasion d'exposer son talent en vue du Mondial, où sa place n'a rien d'assurée, compte tenu de l'abondance de talent au sein de l'attaque argentine et d'un profil comparable à celui de Messi. En l'absence du Barcelonais, il a ainsi joué une heure lors du match amical perdu par l'Albiceleste la semaine dernière face au Nigeria (4-2) et il a été assez moyen. Pour Messi, la présence et le statut de titulaire indiscutable à la Coupe du monde sont garantis. L'inconnue réside plutôt dans sa situation contractuelle.

Si le Barça a annoncé l'été dernier une prolongation jusqu'en 2021, paraphée par son père et agent, l'Argentin n'a toujours pas officialisé l'accord. Et cela rend tous les supporters nerveux après le traumatisme Neymar. Valverde, lui, a dédramatisé. "Soyez tranquille. Rien qu'en voyant jouer Messi, on voit qu'il n'est pas préoccupé", a-t-il lancé vendredi.

Face à des défenses pas imprenables

Si Messi et Dybala sont attendus mercredi au Juventus Stadium, c'est aussi parce qu'ils auront face à eux des défenses fragilisées. Avec seulement 4 buts encaissés en Liga, le Barça dispose pourtant de la meilleure défense d'Espagne. Mais c'est une statistique en trompe-l'oeil tant le gardien Marc-André ter Stegen a été sollicité, et tant il fait des miracles en ce moment. Une autre donnée est à prendre en compte: Mascherano est blessé et Piqué sera suspendu dimanche pour le choc au sommet de la Liga à Valence. Valverde pourrait donc vouloir relancer en charnière le Belge Vermaelen, qui n'a joué qu'un match officiel avec le Barça cette saison, histoire qu'il ait un peu de rythme pour Mestalla.

En face, la Juventus, qui a construit ses succès récents sur la solidité de sa défense, prend énormément de buts: 14 en 13 matches de Serie A et cinq en quatre matches de C1. Après quelques jours de repos, Buffon disputera face au Barça son premier match depuis la fin de sa carrière internationale à l'issue de la débâcle italienne il y a dix jours face à la Suède. A l'aller, Messi avait enfin réussi à marquer face à lui et il ne voudrait pas que ça devienne une habitude.

AFP