christophe jallet
L'arrière international Christophe Jallet | DR

Jallet : "Dans la peau du petit"

Publié le , modifié le

Le Paris SG sera "dans la peau du petit" pour son quart de finale de Ligue des champions contre le FC Barcelone, estime vendredi l'arrière droit parisien Christophe Jallet, qui prévient cependant qu'il faudra évacuer tout "sentiment d'infériorité".

Q: Le Barça en quart: quelle est votre réaction ?
R: "C'est un tirage pas facile, sans doute le plus compliqué. Ce seront des  matches d'exception. On va pouvoir de frotter à ce qui se fait de mieux en  Europe. On les disait un peu en déclin, et ils ont répondu de manière  formidable. On joue au foot pour participer à des rencontres de ce type, de  très très haut niveau. Ca nous permettra dans notre apprentissage, parce qu'on  est un club en construction, d'affronter les meilleurs en Europe, de jauger  notre niveau. Créer l'exploit pourrait nous faire franchir un pallier  supplémentaire dans notre progression".
   
Q: Justement, comment réussir l'exploit ?
R: "Il n'y a pas de tactique particulière: il faut se donner à 200%, que  tout le monde soit au taquet".
   
Q: Vous aurez sans doute moins de pression...
R: "Quelque part, c'est un avantage, on sera dans la peau du petit. Si on  se fait éliminer, on se fera moins tirer dessus que si c'était contre Malaga ou  Galatasaray, même si ces deux équipes ont le mérite d'être en quarts. On n'a  rien à perdre, on essaiera de faire de belles prestations. Ce sera un contexte  différent où on aura le rôle de challenger".
   
Q: Y a-t-il le risque d'avoir peur de prendre une +grosse valise+ ?
R: "C'est le meilleur moyen d'en prendre une. Il faudra éliminer ça de  notre tête. Si on commence avec un sentiment d'infériorité, c'est le meilleur  moyen de se faire battre. Il faudra y aller avec un esprit conquérant. On prend  le plus gros, ça limite nos chances d'aller en demie quoi qu'on en dise, mais  on est impatient parce que ça n'arrive pas tous les jours dans notre vie  d'affronter la meilleure équipe d'Europe".
   
Q: Messi a l'habitude d'évoluer plus à droite, cela vous soulage-t-il ?
R: "S'il n'y avait que lui sur le terrain, ce serait déjà plus simple...  Messi est un joueur hors norme, mais Pedro, ce n'est pas une part de gâteau.  Ils ont beaucoup de joueurs de talent, Pedro, Xavi, Iniesta...
   
Q: Allez-vous vous inspirer de l'AC Milan ?
R: "Ca ressemble un peu à notre style de jeu, qui s'appuie sur une bonne  défense et des joueurs vifs et rapides en contre. Le Barça a le meilleur jeu en  Europe, mais ils se sont déjà fait éliminer contre des équipes qui jouaient  moins bien. On aura des atouts à faire valoir".
   
Q: Mais sans Ibrahimovic au match aller, suspendu...
R: "On aura besoin de toutes nos forces. Zlatan nous manquera forcément,  mais il y aura d'autres joueurs à disposition, comme Kevin Gameiro et d'autres.  A partir du moment où on a la volonté et l'état d'esprit, on peut soulever des  montagnes".
   
Q: Le France-Espagne peu avant vous aidera-t-il à préparer PSG-Barça ?
R: "Ca fait deux rencontres rapprochées avec nos voisins espagnols,  j'espère qu'avec l'équipe de France on donnera un premier avant-goût de ce qui  les attendra à Paris. Le Barça, ça fait trois ans qu'on les voit jouer et on  s'extasie, on n'a pas besoin de prendre de notes. Ils sont tellement forts  qu'ils sont capables de faire la différence à n'importe quel moment. On a plus  besoin de se concentrer sur notre jeu".
   
Q: Vous jouiez à Niort en L2 il y a quelques années et vous allez jouer au  Camp Nou...
R: "Ca fait rêver. Il y a dix ans, j'étais aller visiter le Camp Nou en  touriste. Je m'étais marré avec ma femme en disant que peut-être un jour je  jouerais ici. Ca permet de relativiser, de se dire qu'il ne faut jamais rien  lâcher".

Vidéo: Jallet réagit au tirage 

Voir la video

AFP