Hugo Lloris
Hugo Lloris | AFP

Hugo Lloris, d'une saison plombée à une saison dorée ?

Publié le , modifié le

Auteur d'une Coupe du monde 2018 exceptionnelle avec l'équipe de France, Hugo Lloris n'a pas vraiment confirmé cette saison, en Premier League, sous les couleurs de Tottenham. Parfois étincelant, souvent décevant, le Français a paradoxalement l'occasion de s'offrir l'un des plus beaux trophées qui manquent à son palmarès, si les Spurs venaient à remporter la Ligue des Champions.

Ce n'est pas sa meilleure saison, mais c'est peut-être celle qui restera dans les mémoires : Hugo Lloris, sacré champion du monde l'été dernier, dispose d'une belle occasion d'aller chercher une Ligue des champions ce printemps, alors que son Tottenham accueille l'Ajax Amsterdam en demi-finale aller ce mercredi. Entre trophée suprême, boulettes à répétition et déboires judiciaires, le capitaine des Bleus et des Spurs a connu une année mouvementée. Elle pourrait se terminer de la meilleure des manières au Wanda Metropolitano de Madrid le 1er juin... si les Londoniens passent l'obstacle Amsterdam.

Lloris n'a pas toujours brillé cette saison mais les "Spurs" avancent, à l'image de ce quart de finale retour complètement fou sur la pelouse de Manchester City (4-3). Pas franchement convaincant sur les deux premiers buts encaissés, une frappe enroulée de Raheem Sterling puis un tir peu appuyé de Bernardo Silva dévié par Danny Rose, il l'a été ensuite face à Kevin De Bruyne (peu après la pause) et Sergio Agüero (en toute fin de match). Et voilà Tottenham dans le dernier carré. Un exploit tant la route a été tortueuse depuis son dribble manqué sur Mario Mandzukic en finale de la Coupe du monde. Le but encaissé n'a pas eu de conséquence pour le sacre, mais l'ancien Lyonnais a ensuite été comme... maudit.

Blessure et déboires 

Il y a eu cette blessure à une cuisse, avec pour conséquence un mois d'arrêt pour commencer la nouvelle saison. Il y a ensuite eu cette condamnation par un tribunal à 20 mois de suspension de permis pour conduite en état d'ivresse dans les rues de Londres. Et puis, il y a eu cet automne rempli de bévues en mondovision, notamment en Ligue des champions. En octobre à Wembley, une sortie inconsidérée qui a permis au Barça de passer devant après seulement deux minutes, pour une soirée de cauchemar (défaite 4-2).

Quelques jours plus tard, il y a eu ce contact avec Hirving Lozano et cette exclusion contre le PSV (2-2). Et enfin, plus récemment, il y eu cette tête anodine de Mohamed Salah, mal rep Il y a eu cette blessure à une cuisse, avec pour conséquence un mois d'arrêt pour commencer la nouvelle saison. Il y a ensuite eu cette condamnation par un tribunal à 20 mois de suspension de permis pour conduite en état d'ivresse dans les rues de Londres.

Depuis le début du mois d'avril, la presse britannique s'est régalée. Qui, depuis 2015, a fait le plus d'erreurs ayant mené à un tir ou un but en Premier League ? Lloris: 25 tirs, 11 buts. Sur la même période, il détient tout de même le deuxième meilleur pourcentage d'arrêts (72,77%), derrière seulement David De Gea (73,96%). L'honneur du champion du monde est sauf.

Mais, à 32 ans, le gardien des Bleus ne domine plus comme avant, ayant tendance à faire l'erreur de trop après un bel arrêt ou, à l'inverse, à se rattraper avec classe après un passage difficile. Le match fou de l'Etihad Stadium en avait été l'exemple parfait. Le capitaine avait encaissé deux buts sans briller avant de se montrer excellent au retour des vestiaires, réalisant deux arrêts cruciaux avant de céder sur une énième tentative de Sergio Agüero, pour le quatrième but de sa soirée.

Idem lors de la défaite à domicile contre West Ham samedi (0-1). Il n'a rien pu faire sur le but de Michail Antonio, puis a mal analysé la trajectoire d'une frappe de Ryan Fredericks et concédé un corner inutile, avant de manquer complètement une relance au pied... Il s'est rattrapé en réalisant une superbe intervention en fin de match sur une tentative d'Issa Diop. Reste à savoir quel Lloris jouera mardi, le champion du monde ou son double maléfique?

Avec AFP

francetv sport francetvsport

Ligue des champions