Hubert Fournier OL
L'entraîneur de l'OL, Hubert Fournier | AFP - PHILIPPE MERLE

Hubert Fournier : "Nous avons encore l'espoir"

Publié le , modifié le

L'entraîneur de Lyon Hubert Fournier a déclaré que lui et son équipe avaient "encore l'espoir" de battre le Zenit Saint-Pétersbourg et de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. "Il faudra mettre de la folie" pour espérer l'emporter à domicile, a-t-il dit à la veille du match retour. Lyon qui n'a obtenu qu'un point pour le moment, ne possède que 11,5 % de chances de passer.

Q: Lyon n'a toujours pas de match référence à faire valoir en C1, qu'est-ce  qui vous fait penser que votre équipe peut s'en sortir notamment contre le  Zenit, mercredi ?
R: "En étant un peu plus optimiste que cela et en prenant le match à bras  le corps. C'est un match au cours duquel il faudra mettre de la folie, mais une  folie organisée. Le public sera certes un élément important mais cela passera  par ces vertus. Nous savons que nous aurons fort à faire. On nous rappelle  suffisamment que nous n'avons pas assez fait dans cette compétition. C'est le  moment de montrer que l'on vaut mieux que ce que nous avons montré jusqu'à  présent et que nous ne sommes pas des faire-valoir dans cette compétition, que  nous avons de la qualité, des moyens de renverser la tendance, même si on ne se  le cache pas, c'est compliqué avec seulement un point. Nous avons encore  l'espoir (de nous qualifier) et notamment de battre le Zenit. A nous de mettre  tout ce que l'on a, d'être à 100% et finir enfin une rencontre sans regret".

Q: Les statistiques démontrent qu'avec un point en trois journées, vous  n'avez que 11,5 % de chances de vous qualifier. Qu'en pensez-vous ?
R: "C'est un chiffre sur lequel nous n'avons pas trop de commentaire. A  l'image du match de mercredi, cela demande un exploit et cela en sera un si  nous parvenons à nous qualifier. Cela passe déjà par livrer un match de folie  contre le Zenit qui a beaucoup de qualités. Cette formation est sans doute  mésestimée sur la scène européenne. Elle a des joueurs de classe mondiale  capables de faire de grandes choses à l'image de Hulk comme celui-ci l'a  démontré sur cette phase de poules".

Q: Est-ce le match le plus important de votre carrière ?
R: "C'est un bon match à préparer. La pression ? Forcément. C'est un métier  où chaque moment de la saison, il y a des matches importants. Celui-ci est  couperet. Il n'y aura pas d'échappatoire. Pour ma part, j'aime bien ce genre de  rencontre où le verdict est important. On est obligé de tout lâcher. Ce sont  plutôt de bons matches à préparer".

Q: Le Zenit aime bien laisser le ballon à l'adversaire. La vitesse  sera-t-elle un élément déterminant ?
R: "Je ne sais pas si ce sera la vitesse mais ce sera avant tout la  capacité à être bon dans les attaques placées et à avoir un équilibre  nécessaire pour éviter les contres du Zenit dans lesquels il excelle. Il faudra  éviter de commettre des erreurs grossières à ce niveau de compétition. En  championnat, cela peut passer mais en Ligue des Champions, les erreurs que nous  avons commises sur nos trois premières rencontres, nous pénalisent et nous  coûtent, en grande partie, les difficultés que nous affichons dans cette  épreuve. Sur les buts concédés depuis le début, un certain nombre étaient  largement évitables".

AFP