Pep Guardiola (Bayern Munich)
Pep Guardiola et le Bayern Munich n'ont pas le droit à l'erreur | DPI / NurPhoto

Guardiola, un avenir au Bayern en question face à Porto

Publié le , modifié le

Sèchement battu au match aller face à Porto (3-1), le Bayern Munich est condamné à réaliser une grosse performance s'il veut rallier les demi-finales de la Ligue des Champions. Une élimination du club bavarois fragiliserait grandement la position de son entraîneur, Pep Guardiola.

Voilà un an et demi que Josep Guardiola a pris la destiné du club le plus titré du football allemand entre les mains. Un an après avoir quitté son Barca, celui qui l'a fait devenir l'entraîneur le plus "bankable" de la planète. Une année sabatique passée à New York plus tard, l'Espagnol est revenu au bord des terrains. Au Bayern Munich pour confronter sa méthode à une autre culture. Quand il arrive en Bavière, le club sort d'une saison parfaite: un quadruplé, championnat (avec une seule défaite au compteur), coupe et Supercoupe d'Allemagne et Ligue des champions. Sa cote étant au plus haut, on imagine un Bayern régnant. C'est d'ailleurs le cas pendant quelques mois. Las, l'aventure européenne s'arrête au stade du dernier carré quand le Real Madrid, son ennemi intime depuis les bisbilles avec Mourinho, vient humilier le Bayern dans son Allianz Arena (4-0). Guardiola a manqué son premier rendez-vous. "Je sais dans quel club je suis, que ce n'est pas suffisant d'être champion et vainqueur de la Coupe. Que seul le triplé compte pour des grands clubs comme Barcelone, le Real Madrid ou le Bayern." dit-il avant le match retour face à Porto.

Porto, première finale du Bayern

Quasiment un an plus tard (la demi-finale face au Real avait eu lieu le 29 avril), Guardiola a de nouveau rendez-vous. Rendez-vous avec son destin, avec les fans du Bayern, avec ses détracteurs aussi. A l'aller, le Bayern Munich a coulé sur la pelouse du stade du Dragon. Après dix minutes de jeu seulement, les Portugais, qui visent leur première demi-finale depuis 2004, mènent 2-0. La défense du champion d'Allemande prend l'eau. Xabi Alonso, Dante et Jerome Boateng offrent les buts à Quresma et Jackson Martinez. Il faut la réduction du prodige Alcantara pour entretenir la flamme (3-1 score final).

Quatre fois, le Bayern Munich a connu la situation de devoir remonter un score de 3-1 au retour sur sa pelouse. Jamais il n'a réussi. Après la victoire sur la pelouse d'Hoffenheim (2-0), Guardiola a longuement conservé ses joueurs pour les motiver avant le match décisif face à Porto. Si l'ancien Barcelonais n'a pas souhaité s'appesantir sur les termes de son discours, son milieu de terrain Sebastian Rode en a livré les secrets au quotidien Bild: "Il (Pep) a insisté sur l'importance de rester soudé. Il a dit que si on croit en soi et en l'équipe on peut surmonter les problèmes. Et qu'il était fier (de ses joueurs)".

Une situation tendue

Cette rencontre contre Porto est celle de tous les dangers. Si le titre national est acquis, une élimination en quart de finale de la C1 serait perçue comme un affront pour les dirigeants du Bayern. Pour ce match, Guardiola devra toujours se passer de Franck Ribéry et d'Arjen Robben, ses fauteurs de troubles sur les ailes. Il devrait en revanche pouvoir compter sur le retour de son capitaine, Bastian Schweinsteiger et sur celui de Philippe Lahm, laissé au repos à Hoffenheim pour soigner une gastro-entérite. Sans "Robbéry", le Bayern est moins efficace et "Porto aura évidemment plus de fraîcheur, ayant reposé toute l'équipe à l'exception du gardien durant le week-end" selon les propres mots de Guardiola.

En interne, tout n'est pas rose au Bayern Munich. Le médecin historique du Bayern, Hans-Wilhelm Müller-Wohlfahrt en froid avec l'entraîneur, a démissionné pour avoir été mis en cause pour l'échec lors du match aller face à Porto. Pas la meilleure des préparations alors que se profile un match retour compliqué. Guardiola a beau être "optimiste à 100%" et répéter qu'il "sera là l'an prochain", sa situation en cas d'élimination sera peu enviable.