Pep Guardiola
Pep Guardiola quittera le Bayern à la fin de la saison | CHRISTOF STACHE / AFP

Guardiola: "Ne pas penser qu'à marquer" contre l'Atletico

Publié le , modifié le

Le Bayern ne devra pas commettre l'erreur de "ne penser qu'au nombre de buts à marquer" pour atteindre la finale de Ligue des champions, a souligné le coach Pep Guardiola avant le second duel avec l'Atlético Madrid (1-0 à l'aller) mardi à Munich.

Le Bayern va-t-il se lancer à l'assaut, avec Thomas Müller titulaire, contrairement à l'aller?

Pep Guardiola: "Bien sûr qu'il faudra marquer. Mais ce serait une erreur de ne penser qu'au nombre de buts que l'on doit marquer. Et si l'Atletico fait un gros pressing, il faudra les contrer. Bien sûr qu'il faut marquer mais je ne pense pas que l'on ait perdu à Madrid parce que Thomas n'était pas là. On gagnera ou on perdra demain avec ou sans lui. On est prêts".

Comment voyez-vous ce match retour ?

P.G. : "Je m'attends au même match que contre la Juventus (4-2 a.p. après avoir été 2-0 en 8e retour). Mais il faudra faire mieux. On a appris et on ne se laissera pas bercer. On défend très bien. Je crois en notre façon de jouer. On veut la possession du ballon, on veut marquer des buts mais ce ne sera pas facile contre l'Atletico. Ils ont d'excellents défenseurs mais sont aussi très bons en jouant de l'avant et c'est une équipe très compacte. Mais on va essayer de franchir l'étape".

Qu'en est-il de Franck Ribéry et Jérôme Boateng, l'un étant forfait (dos) samedi et l'autre ayant fait son retour de blessure ?

P.G. : "Franck s'est entrainé aujourd'hui et sera prêt. C'est une option de plus, que ce soit en tant que titulaire comme en venant du banc. (Boateng) Je ne sais pas s'il est affuté pour 120 minutes (en cas de prolongation), je verrai cela s'il joue 90 minutes. Il a été absent durant trois mois et il n'aura eu que 3 jours pour récupérer. On verra demain".

Que ressentez-vous avant votre dernier match européen comme entraîneur du Bayern à domicile ?

P.G. : "La pression est évidemment très grande ici. Mais je me suis senti très soutenu. Sous tous les aspects, les gens m'ont très très très bien traité. Ce n'est pas aussi fou qu'à Barcelone. Si on regarde en arrière, on a travaillé très dur et beaucoup accompli. J'ai essayé d'introduire un style un peu différent. Il a fallu se battre dur parfois. Mais je serai toujours reconnaissant envers la Bavière. Le temps passé ici va m'aider pour l'avenir".

AFP