Josep Guardiola
L'entraîneur du Bayern Munich, Pep Guardiola | AFP - CHRISTOF STACHE

Guardiola: "Je suis optimiste à 100% dans notre capacité à réussir"

Publié le , modifié le

L'entraîneur du Bayern Munich, Pep Guardiola, affiche un grand optimisme à la veille du quart de finale retour de Ligue des Champions entre son équipe et Porto: "On n'est pas dans une situation favorable. Mais je suis optimiste à 100% dans notre capacité à réussir", a-t-il dit en conférence de presse. Les Bavarois, battus (3-1) à l'aller, doivent "se créer des occasions de but mais aussi en laisser le moins possible à l'adversaire".

Comment envisagez-vous ce match retour?
Pep Guardiola:
"Tout est possible en 90 minutes. Le résultat de l'aller (défaite 3-1)  nous oblige à prendre plus de risques. On doit se créer des occasions de but  mais aussi d'en laisser le moins possible à l'adversaire. Je suis convaincu que  mon équipe va tout faire pour cela. Je sais que ce ne sera pas facile. On n'est  pas dans une situation favorable. Mais je suis optimiste à 100% dans notre  capacité à réussir".
   
Quelle est la situation en termes d'effectif et notamment les chances de  retour de Bastian Schweinsteiger et Franck Ribéry?
P.G.:
"Je ne sais pas encore qui jouera ou pourra jouer. Ces derniers mois,  j'ai toujours décidé une heure avant la rencontre. Philipp (Lahm) est de  retour. Bastian Schweinsteiger s'entraîne aujourd'hui pour la première fois  (avec le groupe). Plus j'ai de joueurs prêts, mieux c'est. Quant à Franck  (Ribéry), il est blessé depuis longtemps, je pense qu'il ne peut pas jouer.  C'était en tous cas l'impression encore hier (dimanche). Mais peut-être qu'un  gros changement peut intervenir. Je vais en parler avec notre médecin en place  au club."

"Très fier de mes j​oueurs"

   
Pouvez-vous dire le contenu de votre discours dans le vestiaire à  Hoffenheim?
P.G.:
"Non, c'était dans le vestiaire. En gros, que je suis très fier de mes  joueurs. Peu importe ce qui se passera demain ou à l'avenir. C'est phénoménal  ce qu'ils ont fait jusqu'à présent. Je n'oublierai jamais ce qui s'est passé  ces dernières semaines. Ces joueurs resteront des héros pour le reste de ma  vie."
   
Vous avez fait l'objet de critiques après le match aller. Dans tous les  cas, comment voyez-vous votre avenir au Bayern?
P.G.:
"Quand on entraîne un club comme le Bayern, il faut savoir combien les  attentes sont énormes. Si je n'acceptais pas ce type de pression positive, je  ne pourrais pas entraîner ce club. Je sais dans quel club je suis, que ça ne  suffit d'être champion et de gagner la Coupe (d'Allemagne). Que seul le triplé  compte pour des grands clubs comme Barcelone, le Real Madrid ou le Bayern.  Quant à mon avenir: c'est mercredi libre, jeudi entraînement... et bien sûr,  toujours là l'an prochain!"
   
Comment voyez-vous cette équipe de Porto?
P.G.:
"Porto aura évidemment plus de fraîcheur, ayant reposé toute l'équipe à  l'exception du gardien durant le week-end (en championnat). Mais demain, ce ne  sont pas les jambes qui compteront mais la tête. On peut contrôler les jambes  quand la tête nous dit qu'on peut réussir."

AFP