Guardiola Bayern Munich
Pep Guardiola. | BORIS ROESSLER / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE/AFP

Guardiola : "ils peuvent nous battre"

Publié le , modifié le

Forcé d'accepter le statut de favori, Pep Guardiola a estimé qu'en dépit des problèmes rencontrés en championnat, Manchester United "peut sur un ou deux matches battre le Bayern", lundi, à la veille du quart de finale aller de C1 à Old Trafford.

Q: Est-ce dangereux d'être favori ?
R: "Aucun entraîneur au monde ne veut être favori avant la rencontre. Mais  je n'y peux rien, je dois accepter ça. La saison dernière, le Bayern a tout  gagné et cette saison on a gagné le titre (national) sept matches avant la fin.  Mais je sais au fond de moi quelle équipe on va affronter mardi. Peut-être  n'ont-ils pas une belle saison en Premier League, je ne suis pas là pour voir  les matches, mais ils sont bons en Ligue des champions. Quand je vois les  Rooney, Vidic, Rio, Chicharito, Welbeck, je sais la valeur de ces joueurs. Ils  ne jouent peut-être pas bien en championnat mais sur un ou deux matches, ils  peuvent nous battre".
   
Q: Vous avez pris une équipe qui a réussi le triplé. Est-ce capital de  gagner la Ligue des champions ?
R: "On est 8 équipes en quarts et tous les joueurs de ces équipes veulent  gagner le titre. Pour moi, ce n'est pas le plus important, c'est le titre  national le plus important. Mais c'est le plus prestigieux. C'est important  pour le prestige du club, des joueurs... On va essayer, c'est sûr. Le Bayern ne  l'a gagnée que 2 fois depuis 25 ou 28 ans, depuis ceux des années 74 à 76 avec  Beckenbauer. Ca montre combien c'est difficile. En tant qu'entraîneur,  l'important est de maintenir le niveau atteint par Jupp Heynckes la saison  dernière. Le faire ici serait un grand honneur".
   
Q: Thiago blessé, est-ce très important d'avoir Schweinsteiger en pleine  forme ?
R: Thiago est l'un des meilleurs joueurs au monde. Il peut changer le cours  du match même en venant du banc des remplaçants. Son absence est un problème  mais on en a eu beaucoup cette saison. Je suis triste pour lui mais il faut  aller de l'avant. Bastian (Schweinsteiger) a l'expérience des grands matches.  Mais c'est un travail d'équipe. Ce n'est pas un ou deux joueurs qui changent  les matches".
   
Q: Vous aviez rencontré Sir Alex lors de votre année sabbatique à New York,  vous avait-il proposé de venir à Manchester ?
R: "Il m'a invité dans un super restaurant. Mais comme mon anglais n'est  pas très bon et qu'il parle parfois vite, c'est peut-être pourquoi je n'ai pas  compris qu'il me faisait une offre (rire). Non, on a passé vraiment un très bon  moment ensemble".
   
Q: Pensez-vous entraîner un jour en Premier League ?
R: "Je suis si satisfait d'être là où je suis, dans un super club... Ils  prennent soin de moi. J'essaye de donner le meilleur de moi-même et je suis sûr  que j'entraînerai le Bayern l'année prochaine car on a gagné la Bundesliga. Le  futur, je ne sais pas".
   
Q: Avez-vous de la compassion pour David Moyes qui succède difficilement à  Sir Alex ?
R: "Bien sûr! Les bonnes et mauvaises choses qui arrivent à tous les  entraîneurs à travers le monde, je sais que ça peut m'arriver demain. Personne  n'a le secret du succès éternel. Personne ne peut gagner des titres sans grands  joueurs et j'ai été chanceux d'avoir de très, très grands joueurs durant ma  carrière. Parfois, il faut un peu plus de temps. Les décisions de ManU sont  toujours bonnes. Ils savent que c'est un bon entraîneur et qu'il a fait du bon  travail à Everton".

AFP