Josep Guardiola
L'entraîneur du Bayern Munich, Pep Guardiola | AFP - CHRISTOF STACHE

Guardiola: "Il faut gagner ce match"

Publié le , modifié le

"Il faut gagner ce match en oubliant ce qui s'est passé à Londres (victoire 2-0, ndlr)", a insisté le coach du Bayern Munich Pep Guardiola lundi, à la veille de la réception d'Arsenal, étape importante dans la défense du trophée de la Ligue des champions.

Comment abordez-vous ce match après l'avantage acquis à l'aller ?
Josep Guardiola
: "Il faut gagner ce match en oubliant ce qui s'est passé à Londres. Si on  cherche à gérer la victoire du match aller, alors on aura de gros problèmes. Tout le monde pense qu'après le 2-0 à Londres, ils n'ont aucune chance. Mais  c'est bien là notre problème. Arsenal est une très très bonne équipe, avec beaucoup de qualité en milieu de terrain avec les Özil, Arteta et autres. On a  vu ce qui s'est passé à Londres jusqu'au pénalty raté d'Özil. S'il avait  marqué, cela aurait été probablement différent..."

Quel sera l'élément déterminant de ce match ?
J G
: "On doit être concentré sur notre jeu et nos idées. Mais contre Arsenal,  il faut surtout conserver le ballon. Ce sera décisif pour la qualification.  Quand ils ont le ballon, ils ont la qualité tant en milieu qu'en attaque. La  possession de la balle permet de se créer 2/3 occasions en quelques minutes! Il faudra qu'on donne le meilleur de nous-même et être agressifs sans le ballon".

Arsène Wenger dit que Özil est plus frais par rapport au match aller... 
J G
: "Je ne connais pas la difficulté de la Premier League mais je peux  imaginer la difficulté de jouer des matches en série en novembre, décembre et janvier... (Mardi) c'est juste sur un match, une finale, tout le monde le sait  et Özil aussi. De par mon expérience, je m'attends toujours à une meilleure  prestation pour ce type de match. Mais je ne veux pas voir Özil contrôler la partie".

Votre ballade en Bundesliga n'est-elle pas effrayante ?
J G
: "C'est vrai qu'on a accompli jusque-là quelque chose d'énorme. Mon  travail est de maintenir le niveau. Si on ne regarde que la Bundesliga, tout  est super. Mais peut-être c'est trop et trop tôt. Et la Ligue des champions est  d'un tout autre niveau. Ca se joue sur de petits détails. Il faut travailler  encore et encore et s'assurer que tout le monde est affuté".

Selon vous, qui est favori pour le titre ?
J G
: "Je n'en sais rien. On n'en est qu'aux 8es de finale. Moi, je suis concentré sur le match de demain. Après, on verra de qui on héritera en quarts. Chelsea est très fort. Mais il y a beaucoup d'équipes très bonnes".

Pensez-vous qu'il y a une malédiction qui empêche de conserver le titre ?
J G
: "C'est pour cela qu'on n'est pas favori et c'est bien pour nous. Cela  montre la difficulté de gagner la Ligue des champions. Mais je ne suis pas  obnubilé par la conservation du titre. Mon rêve pour l'instant est de passer au  prochain tour et de continuer d'affronter les meilleures équipes. J'ai toujours  joué en pensant que demain je pouvais perdre. Et si cela se produit, on  analysera pour revenir encore plus fort la saison prochaine".

AFP