Drogba (Galatasaray) devant Hoger et Huntelaar (Schalke)
Didier Drogba (Galatasaray) | AFP - DIMITAR DILKOFF

Galatasaray sort Schalke

Publié le , modifié le

Galatasaray a décroché mardi son billet pour les quarts de finale de la Ligue des champions en allant s'imposer 3-2 sur la pelouse de Schalke 04. Trois semaines après un huitième de finale aller sans vainqueur (1-1), les Turcs se sont qualifiés grâce à des buts signés Hamit Altintop (37e), Burak Yilmaz (42e) et Umut Bulut (90e+5). Galatasaray a obtenu sa place dans le top 8 européen pour la première fois depuis 2001 alors que Schalke, bien qu'invaincu depuis le début de la compétition, a vu s'envoler son rêve.

Tout avait pourtant si bien commencé pour Schalke. L'artilleur Klaas-Jan Huntelaar blessé et Jermaine Jones, buteur à l'aller, suspendu, Roman Neustädter se chargeait d'ouvrir la marque en profitant d'un cafouillage devant le but pour fusiller le gardien (1-0, 17e). Ca sentait bon la qualification, synonyme de désillusion pour les milliers de supporters turcs venus d'Istanbul et de la Ruhr. D'autant que les Bastos, Pukki, Farfan et Draxler se faisaient plus menaçants.

Mais tout basculait en l'espace de cinq minutes: d'abord un missile de 30 m d'Altintop qui frappait le montant pour finir dans les filets (1-1, 37). Altintop inscrivait  son premier but sous ses couleurs stambouliotes pour ses retrouvailles avec le club de sa ville natale où il a joué durant quatre ans avant de partir au Bayern Munich, au Real Madrid puis à Istanbul l'an dernier. Puis c'était une échappée de Yilmaz qui résistait à Höwedes et devançait Hildebrand pour marquer dans les buts vides (2-1, 42e).

 A la reprise, Schalke se ruait à l'offensive. Pukki multipliait les frappes, Draxler réalisait un festival de dribbles avant de frapper de peu à côté (61). Jusqu'à l'égalisation de Bastos (63), son premier but en C1 sous les couleurs allemandes endossées fin janvier.  La défense stambouliote, grâce notamment aux parades du gardien Muslera, résistait aux coups de butoir allemands. Et sur une relance du gardien, le ballon parvenait à Bulut qui, en deux temps, portait l'estocade finale (90+5).

Christian Grégoire