Fekir

Football : Les enseignements à tirer de la première semaine européenne des clubs français

Publié le , modifié le

La première semaine européenne des clubs français dans la campagne 2018-2019 s'est clôturée hier soir par la défaite de Bordeaux (1-0) à Prague. Six clubs tricolore étaient de sortie sur les pelouses des deux coupes européennes. Outre le coup d'éclat lyonnais à Manchester City (1-2), le bilan est assez morne, 2 victoires (avec celle de Rennes) pour 4 défaites. Marseille, finaliste sortant de Ligue Europa a manqué sa rentrée européenne dans un stade Vélodrome à huis clos (défaite 1-2 contre Francfort). Le PSG s'est encore pris les pieds dans le tapis chez un grand d'Europe (3-2 à Liverpool).

Les Tops :

L'Olympique Lyonnais est sans conteste le grand gagnant de la semaine. Les Gones ont créé la sensation en renversant Manchester City à l'Etihad Stadium (1-2). La déculottée pressentie par les analystes n'a pas eu lieu, bien au contraire ! Les Lyonnais ont attaqué le match comme des morts de faim et ont dévoré des Citizens hagards en première période. Pep Guardiola qui suivait le match depuis les tribunes, a vu son équipe menée de deux buts lors du retour au vestiaire, une première à l'Etihad depuis qu'il manage le club. Cette victoire, c'est aussi et surtout celle de Bruno Génésio. Le coach lyonnais, attendu au tournant a eu tout bon. Dans son choix de dispositif, avec un 4-4-1-1 osé qui s'est avéré payant, et dans ses choix de joueurs, à l'image de Maxwel Cornet, titularisé pour la première fois cette saison qui est l'auteur de l'ouverture du score. Génésio a été unanimement salué par la presse européenne et par ses pairs. 

Le but du break de Nabil Fekir

• Retour gagnant pour Hatem Ben Arfa. L'ancien Parisien qui n'avait pas foulé un terrain en match officiel depuis plus d'un an et demi, est entré comme un messie à la 75e minute. Accueilli comme un gladiateur entrant dans l'arène par le Raozhon Park, les tribunes ont grondé à chacune de ses prises de balle. Dans un premier temps, Ben Arfa est apparu court physiquement. Il n'avait pas encore les jambes qu'on lui connait et cherchait assez vite son souffle. Mais le talent ne se perd pas, son envie de percuter, de dribbler était palpable. Et finalement c'est lui qui est à l'origine de l'action qui offre le corner à  la 90e minute. Corner qui débouche sur un pénalty. Ben Arfa a pris ses responsabilités, et a transformé avec beaucoup de sérénité, pour offrir à Rennes la première victoire de son histoire en C3. 

Les Flops :

• Jeudi, L'OM a ouvert la nouvelle campagne dans la désolation d'un stade Vélodrome à huis clos. Le finaliste sortant, a retrouvé la Ligue Europa comme il l'avait terminée la saison dernière: par une défaite, contre Francfort (2-1) à la dernière minute. Après avoir pourtant dominé, puis joué la dernière demi-heure en supériorité numérique, les Marseillais ont craqué en toute fin de match, battus à l'avant-dernière minute sur un but de Luka Jovic (89e), après une horrible relance de Nemanja Radonjic (qui rappelle un but encaissé en finale la saison dernière, avec une relance malheureuse dans l'axe qui avait mis Antoine Griezmann sur orbite). L'OM va devoir repartir de l'avant le 4 octobre contre l'Apollon Limassol dans un groupe H assez relevé, complété par la Lazio Rome, pour espérer vivre une campagne aussi prolifique que la saison passée. 

Le nouveau gardien de Francfort Kevin Trapp, a bien participé à doucher les espoirs marseillais.
Le nouveau gardien de Francfort Kevin Trapp, a bien participé à doucher les espoirs marseillais. © Boris HORVAT / AFP

• Le PSG rate encore la marche chez un grand d'Europe. Le bilan sous l'aire Qatarie est d'une petite victoire à Chelsea en 13 déplacements chez les top clubs européens (Barcelone, Chelsea, le Real Madrid, Arsenal, Liverpool et Manchester City). Si les Parisiens ont montré qu'ils avaient les armes pour rivaliser avec ces grosses écuries au Parc des Princes (5 victoires, 5 nuls, 2 défaites), la croisade vers la Coupe aux grandes oreilles devra passer par un déclic à l'extérieur. Mardi, à Anfield, les hommes de Thomas Tuchel sont retombés dans leurs travers contre Liverpool (3-2).       

Rennes et Paris en demi-teinte

Le stade Rennais s'est donc imposé au bout du suspens grâce à sa nouvelle star Hatem Ben Arfa. Les hommes de Sabri Lamouchi n'ont pas convaincu pour autant. Contre un modeste club du FK Jablonec, 6e du championnat tchèque, les Bretons devaient s'imposer facilement. Il faudra faire mieux pour espérer se qualifier dans un groupe complété par le Dynamo Kiev et le FC Astana. Rennes a lui aussi vécu bien des turbulences, après avoir concédé une égalisation surprise (54e), mais a finalement réussi son entrée, grâce à sa nouvelle star Hatem Ben Arfa. Pour sa première avec le maillot rouge et noir, l'ancien joueur du PSG a marqué sur penalty (90e+1) pour offrir aux Bretons un succès tant espéré : après 14 échecs en trois éditions, c'est la première fois qu'ils remportent un match de poules de C3 !

Ismaïla Sarr est l'auteur de l'ouverture du score rennaise avec un but à la Olive et Tom, une reprise de volée à plus de 110 km/h.
Ismaïla Sarr est l'auteur de l'ouverture du score rennaise avec un but à la Olive et Tom, une reprise de volée à plus de 110 km/h. © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Le PSG lui s'est incliné (2-3) sur la pelouse d'Anfield contre le finaliste sortant de la Champions League. Si la victoire de Rennes ne doit pas les rassurer, la défaite parisienne ne doit pas inquiéter outre mesure. Perdre d'un but à Liverpool, en trouvant par deux fois le chemin des filets n'est en rien scandaleux. Les hommes de Tuchel ont été unanimement critiqués pour la pauvreté de leur jeu, pourtant ils sont passés près de ramener un point de la banlieue londonienne grâce à l'égalisation de Kilian Mbappé en fin de match (83e). Mais Firminio, fraîchement entré en jeu, a crucifié les espoirs parisiens dans le temps additionnel. Paris est dans une phase de transition avec son nouvel entraîneur. En jouant en deçà de leur niveau, ils ont tenu la dragée haute à un prétendant au titre... Il n'y a pas le feu au lac !

Pas de surprise pour Monaco et Bordeaux

A vrai dire, ce n'est pas une surprise, Les Girondins ne semblent pas taillés pour la Ligue Europa comme les Monégasques ne semblent pas taillés pour la Ligue des Champions. Bordeaux, déjà en difficulté en championnat, est aussi parti du mauvais pied  dans la phase de groupes de l'Europa Ligue, s'inclinant logiquement (1-0) sur le terrain du Slavia Prague. Sans Poundjé et Mendy blessés et en manque flagrant de solutions en attaque, les Bordelais ne pouvaient pas résister à l'équipe locale assumant impeccablement son statut de leader du Championnat.

Même son de cloche du côté de Louis II, les Monégasques à la peine dans ce début de saison en Ligue 1 Conforama n'ont rien montré de bien rassurant contre l'Atlético Madrid. L'ouverture du score de Samuel Grandsir (18e) en début de match est un trompe l’œil. S'ils ont des excuses, les Monégasques partent de très loin. Fragilisés par le mercato estival, la seule recrue phare de Monaco, le Russe Aleksandr Golovin est toujours à l'infirmerie. Si Leonardo Jardim ne trouve pas la recette pour accélérer les choses, son équipe risque de vivre une nouvelle saison galère en Europe. Monaco n'a plus gagné depuis 9 matchs et sa victoire en quart de finale contre Dortmund en 2017 en Ligue des Champions. 

La décla de Jardim

Névil Gagnepain