Porto
Tiago (Atlético Madrid) et Jackson Martinez (FC Porto) au duel. | AFP PHOTO/ FRANCISCO LEONG

FC Porto, la mauvaise cuvée ?

Publié le , modifié le

S'il tient la dragée haute en Liga Sagres, le FC Porto, qui affronte ce mercredi soir les Rojiblancas de l'Atlético Madrid (20h45), est sur le point de laisser filer la qualification pour les phases finales de la C1. Face aux partenaires de Diego Costa, qui signent un retour fracassant sur la grande scène européenne, les Dragoes devront faire fi de leurs récentes contre-performances et du grabuge en coulisses pour prolonger leur épopée continentale.

A Porto, les saisons se suivent et ne se ressemblent pas. Le géant portugais, 3e de son groupe à un point du dauphin Zénith Saint-Petersbourg, n'a jamais été aussi proche d'une élimination de la C1. Car pendant que les Triperos jouent les Madrilènes, les Russes affrontent le modeste Austria de Vienne, avec ses deux petites unités et 8 buts encaissés. Pour dire vrai, les joueurs de Paulo Fonseca ont de fait plus de chances d'être reversés en Ligue Europa que d'atteindre les phases finales de la coupe aux grandes oreilles. Un moindre mal, dans la mesure où le FC Porto, qui a remporté deux fois la petite coupe d'Europe sur la dernière décennie, a prouvé qu'il jouait à fond toutes les compétitions continentales. Mais ce ne sont pas nécessairement les résultats en dents de scie obtenus en C1 qui inquiètent le plus les supporters du club de la deuxième agglomération du Portugal. Au delà des chiffres, il semblerait que les Dragoes s'apprêtent à négocier un tournant sportif et économique alambiqué.

La faille dans le plan de Pinto Da Costa

Certaines statistiques n'en demeurent pas moins inquiétantes. Comme celle-ci : pour la première fois dans le format actuel de la C1, le géant portugais finira la première phase sans le moindre succès à domicile. Ou encore, celle-ci : en Liga, si Porto reste deuxième à égalité de point avec Benfica, il a vu sa série d'invincibilité nationale s'achever au bout de 671 jours, le 30 novembre dernier à Coimbra. 

Les départs de James Rodriguez et de Moutinho l'été dernier ne sont évidemment pas étrangers à la (petite) régression du FC Porto. Car si la force du club portugais résidait en sa capacité à flairer les bons coups, et à faire émerger des nouveaux talents, il semblerait que cette saison-ci soit l'exception qui confirme la règle. On a cru à l'émergence du Brésilien Kelvin, notamment auteur d'une frappe victorieuse magistrale contre le rival Benfica le 11 mai dernier, mais le jeune auriverde de 20 ans joue surtout avec avec l'équipe B, en D2. Quant au talentueux Jackson Martinez, évoqué avec insistance du côté de Naples l'été dernier, il est orphelin de ses deux passeurs "adorés", James et Moutinho. Alors, pour pallier au manque de créativité qui vérole son équipe, le président de Pinto Da Costa, confronté pour la première fois aux limites de son plan axé sur révélation de nouveaux joueurs, s'est résolu à agir : ce lundi soir, Ricardo Quaresma (30 ans) s'est engagé pour deux ans et demi. Un pari similaire à celui qu'il avait tenté avec Lucho, rapatrié de l'OM en janvier 2012. 

L'Atlético ne leur laissera même pas des miettes 

A Porto, le temps de l'opulence financière et sportive est révolu. Lors de la victoire des Dragoes en C3 (2011) , André Villas-Boas disposait de Hulk, Moutinho, Falcao, Guarin, et se payait même le luxe de faire entrer James Rodriguez en fin de match. Cette saison, le budget a été revu à la baisse (80M€), et nécessite même la vente de nouveaux joueurs cet hiver, plus tôt que prévu. Selon L'Equipe, le transfert d'Otamendi pour Monaco (30M€) serait ficelé à 95%. 

De la situation compliquée des Tripeiros, les Colchoneros n'en ont cure. Impitoyables en Liga (2e à égalité avec le leader barcelonais), les Madrilènes, bien que déjà qualifiés pour les phases finales, ne laisseront pas filer l'opportunité de glaner une cinquième victoire. Déjà victorieux des joueurs de Fonseca en octobre dernier (2-0), les Rojiblancos ne louperont pas une occasion de faire la fête à Vicente Calderon. Après tout, les partenaires de Diego Costa peuvent très bien tomber contre le Bayern au prochain tour... 

Rappel des enjeux de cette 8e journée de C1 

Jean Charbon