Messi Constant Milan AC Barcelone
Lionel Messi sera très attendu au Camp Nou | JAVIER SORIANO/AFP

FC Barcelone–AC Milan en tête de gondole

Publié le , modifié le

Cette deuxième soirée de Ligue des Champions propose trois oppositions alléchantes dont un FC Barcelone – AC Milan qui devrait faire vibrer les passionnés du ballon rond.

L’affiche de la soirée: FC Barcelone – AC Milan (groupe G)

D’un côté, quatre Ligue des Champions (1992, 2006, 2009, 2011) pour le Barça, 22 championnats nationaux, de l’autre, sept Ligue des Champions (1963, 1969, 1989, 1990, 1994, 2003, 2007) pour Milan, et 18 championnats nationaux. Sans compter les très nombreux autres trophées, voici deux des plus gros poids lourds du football européen qui se retrouve. Après le match nul (1-1) logique concédé par les Rossoneri le 22 octobre dernier, les Catalans vont tenter de démontrer qu’ils sont bien les patrons au Camp Nou. Les yeux seront évidemment tournés vers Léo Messi, qui traverse une inhabituelle période de disette, avec quatre matches sans le moindre but. Mais en face, les Lombards s’attendent évidemment à un sursaut du quadruple Ballon d’Or. Avec seulement cinq points pris en trois rencontres, Milan aura d’avantage la pression que le Barça (7 pts), car le Celtic Glasgow qui joue sur le terrain de l’Ajax Amsterdam peut encore mathématiquement prendre l’une des deux places qualificatives pour les huitièmes.

Vidéo: les joueurs du Barça se préparent au Camp Nou

Le duel anglo-germanique: Chelsea-Schalk​e (groupe E)

La rivalité entre l’Angleterre et l’Allemagne ne date pas d’hier. Si les premières confrontations entre équipes nationales ont débuté à la toute fin du 19e siècle (novembre 1899), leur rivalité officielle est née en 1930. Depuis, un certain but refusé en finale du Mondial 1966, ces deux grosses cylindrées n’ont cessé de se chamailler sur les terrains de football, que ce soit avec les équipes nationales ou avec les clubs, avec par exemple la finale de C1 en 1975 opposant le Bayern à Leeds (victoire des Bavarois 4-0), celle de 1977 entre Liverpool et Mönchengladbach (3-1), celle de 1980 entre Nottingham Forest et Hambourg (1-0), … La liste de ces oppositions entre Anglais et Allemands ne s’arrête pas là, et le dernier duel de ce type remonte à 2012 lorsque Chelsea avait battu le Bayern (1-1, 4 tab 3). Cette fois, c’est Schalke qui se rend à Stamford Bridge, avec la ferme intention de reprendre la tête du classement aux dépens de Chelsea. A égalité de points avec les Blues, les joueurs de Jens Keller voudraient surtout se venger du match aller, qui les avaient vus mordre la poussière (3-0, avec notamment un doublé de Torres. Cette fois, les supporteurs allemands aimeraient bien chambrer à leur tour leurs chers homologues anglais.

Le choc des cultures : Zénith St-Pétersbourg – FC Porto (groupe H)

Il ne sera pas question ce mercredi de fado ou de morue, de khorovod ou de vodka, mais bien de football. Si les cultures portugaises et russes n’ont pas grand-chose en commun, il faut bien dire que sur le plan footballistique, les points communs sont également rares, mais pas inexistants. S’il est indéniable que le championnat de Russie bénéficie d’un même engouement de la part de ses supporteurs, la manière de jouer reste diamétralement opposée. Le jeu latin des Portugais basé sur les dribbles et l’évitement de l’adversaire fait toujours face à un jeu plus méthodique des Russes. Cela dit, l’arrivée ces dernières années en Russie de recrues sud-américaines voire ouest-européennes tendent à diversifier un peu cette approche. N’est-il pas vrai que deux internationaux portugais font partie du Zénith : Luis Neto et Danny. De même, Mara Izmaïlov joue à Porto depuis deux saisons (et au Portugal depuis six ans) ! Si le FC Porto reste en Europe une référence depuis le milieu du 20e siècle avec notamment deux Ligues des Champions (1987 et 2004), le Zénith Saint-Pétersbourg se construit une renommée internationale que depuis 2008, date de son titre en Coupe UEFA et en Super Coupe d’Europe. L’argent injecté dans le club par le milliardaire Alexander Dyukov finit par porter ses fruits, comme l’atteste le score du match aller (un succès 1-0) face au FC Porto du bien moins riche Jorge Nuno Pinto Da Costa. Un point sépare ces deux clubs au classement du groupe H (mené par l’Atlético), c’est dire si l’enjeu de cette rencontre est important.

Romain Bonte