Nasser Al Khelaifi
Attaqué pour les transferts de Neymar et Mbappé, Nasser Al Khelaifi doit faire face à une enquête de la Fifa dans le cadre d'une autre affaire. | MAXPPP

Fair-play financier: nouvelle réunion PSG/UEFA jeudi en Suisse

Publié le

Le Paris SG est attendu jeudi en Suisse pour une réunion avec l'instance chargée de faire respecter le fair-play financier chez les clubs qui participent aux compétitions européennes, a fait savoir l'UEFA à l'AFP lundi, confirmant une information du Journal du Dimanche. Dimanche, l'hebdomadaire français avait indiqué qu'une nouvelle réunion entre l'instance de contrôle financier des clubs (ICFC) et le leader de Ligue 1 était prévue jeudi au siège de l'UEFA, à Nyon. Elle doit avoir lieu dans l'après-midi, a précisé l'UEFA à l'AFP.

Début octobre, Jean-Claude Blanc, le directeur général délégué du PSG, Victoriano Melero, le secrétaire général du club ainsi que Philippe Boindrieux, le directeur général adjoint et Benoît Muller, le directeur financier, avaient déjà été auditionnés par l'UEFA dans le cadre d'une "rencontre de routine", selon l'expression de l'instance.

La récidive pourrait coûter cher

Le PSG est visé depuis septembre par une enquête formelle de l'UEFA à la suite de son mercato record, qui l'a vu débourser plus de 400 millions d'euros pour attirer, notamment, la star brésilienne Neymar (222 millions d'euros versé à Barcelone) et la pépite monégasque Kylian Mbappé, prêté avec une option d'achat quasi automatique de 180 millions d'euros, bonus compris.

L'instance continentale cherche à savoir si, lors de ce mercato XXL, le PSG a respecté les conditions du fair-play financier, qui contraint depuis sa mise en place en 2010 les clubs à ne pas débourser davantage d'argent qu'ils n'en gagnent par leurs propres moyens. Le PSG avait déjà été sanctionné en 2014 à la suite d'un contrat passé avec l'office du tourisme du Qatar, que l'UEFA avait jugé surévalué. Les sanctions (lourde amende, restriction de joueurs inscrits en Ligue des champions, etc...) ont été levées depuis. Une récidive pourrait lui coûter cher.

AFP