Face au Real Madrid, un test grandeur nature pour les Citizens

Face au Real Madrid, un test grandeur nature pour les Citizens

Publié le , modifié le

Bien ancré dans son costume d’outsider, Manchester City s’est offert pour la première fois de son histoire une place dans le dernier carré de la Ligue des champions. Après avoir écarté le Dynamo Kiev et le Paris Saint-Germain en huitièmes et en quarts, les hommes de Manuel Pellegrini sont opposés ce soir en demi-finale (20h45) à un cador du football européen : le Real Madrid. Mais pas question pour le coach cubain des Citizens de nourrir un complexe d’infériorité.

Il fallait avoir le nez fin pour prédire en début de saison une si belle aventure européenne à Manchester City. Même du côté des bookmakers, peu s’étaient risqués à mettre une pièce sur une place des Citizens dans le dernier carré de cette édition 2016 de la prestigieuse compétition. Pourtant, dès les phases de poules, les Anglais n’avaient pas caché leur talent, terminant premiers de leur groupe devant la Juventus Turin.

Après avoir évité les grosses écuries lors des tours précédents, les joueurs de Manuel Pellegrini héritent cette fois-ci d’un des favoris avec le Real Madrid. Pour eux qui n’ont jamais éliminé un « gros » dans cette épreuve – ils ont été sortis par le Barça en huitièmes de finales lors des deux dernières éditions – cette demi-finale à valeur de test.  Invaincus depuis le 20 mars, les Citizens ont des arguments à faire valoir notamment avec Agüero, Iheanacho et Kevin de Bruyne. Le Belge a montré lors des deux matchs face au PSG qu'il avait tout d'un grand et devrait largement palier l'absence annoncée de Yaya Touré. Pas question donc pour cet invité surprise de faire de la figuration dans son enceinte de l’Etihad Stadium.

Le Real ? Même pas peur !

Dans les colonnes de Marca, le technicien mancunien, qui a entraîné le Real Madrid durant la saison 2009/2010, a tenu à relativiser la qualité de son adversaire du soir, faisant un parallèle avec le PSG que son équipe a éliminé lors du tour précédent : « Ce duel ne sera pas plus difficile que notre quart de finale même s'ils ont le retour à la maison. Le Bernabeu impressionne moins qu'avant. Regardez, le PSG y a fait un sacré match (perdu 0-1 en novembre lors des phases de poules). »

Mais Pellegrini ne doit pas pour autant tomber dans l’excès de confiance. Face à lui, la "Maison Blanche" se déplace en Angleterre avec un effectif quasi au complet : Ronaldo et Benzema, tous deux victimes de problèmes musculaires la semaine dernière, font bien partie du groupe de 23 joueurs convoqués par Zinedine Zidane. S'il est aligné, le Portugais, buteur à seize reprises cette saison en Ligue des champions, peut d’ailleurs égaler – voire battre - son propre record dans cette compétition (17 buts) sur une édition. 

Pour tenter de contenir l’attaquant madrilène, le coach chilien a indiqué avoir trouvé la solution : «Nous avons joué quatre fois contre Manchester United quand j'étais à Villarreal. Et à chaque fois c'était 0-0. Nous avons donc dû faire quelque chose de bien. » Reste que pour rejoindre la finale du 28 mai à Milan, les hommes de Pellegrini devront aussi trouver le chemin des filets.

Marine Couturier @Marine_Ctrier