Dortmund récite sa leçon
Le Borussia Dortmund s'éclate en Ligue des champions | AFP-Patrik Stollarz

Dortmund récite sa leçon

Publié le , modifié le

Dominateur et collectif, le Borussia Dortmund a facilement obtenu son billet pour les quarts de finale de la Ligue des champions en l'emportant (3-0) face au Chaktior Donetsk qui n'a joué que par intermittence, avec trop peu d'engagement et surtout trop peu d'occasions pour gripper une machine allemande parfaitment huilée, organisée et efficace.

Les Allemands ont l'habitude d'être précis, tactiques et pragmatiques. Sur le terrain de Donetsk, au match aler, les hommes de Klopp avaient posé les bases de leur qualification en allant faire match nul (2-2) au terme d'un match sérieux. Il ne leur restait qu'à enfoncer le clou à domicile pour poursuivre l'aventure européenne. Forts de leur avantage des deux buts inscrits à l'extérieur, ils ont joué totalement libérés, en faisant valoir leur dimension collective, avec leur trio polonais Blaszczykowski-Lewandowski-Piszczek et leurs pièces maîtresses du milieu de terrain Marco Reus et Mario Götze et n'ont pas laissé le moindre espoir à une équipe ukrainienne qui n'a que rarement pu sortir la tête de l'eau. "C'est une victoire et une qualification méritées pour Dortmund.  C'est une équipe extrêmement forte. Ce fut un match très difficile pour nous  face à un très bon adversaire, a constaté l'entraîneur du Shaktar Mircea Lucescu dans l'après-match. J'espérais dans les 30 premières minutes qu'on  puisse se créer des occasions en contres".

Le Borussia maître du jeu

Certs les premières ont été un approximatives, mais Dortmund a ensuite trouvé le bon tempo, et une fois la machine jaune et noire lancée, n'a rien laissé au hasard, en étouffant la légion brésilienne du Shaktior, par ailleurs bien timide, pour mettre fin sèchement au parcours de Donetsk . A la pause, la messe était dite, les joueurs de Jürgen Klopp menant 2 à 0 sur des buts de Santana et Götze. Blaszczykowski a corsé l'addition, ruinant définitivement le rêve de rééditer son exploit d'atteindre les quarts comme en 2011. Pris en vitesse et en puissance dans tous les compartiments du jeu, les Ukrainiens n'ont pas eu beaucoup la maîtrise du ballon, et lorsqu'ils l'ont eu ils ont trop peu tenté. Leurs quelques chaudes occasions se sont heurtées à Weidenfeller, le très solide gardien du Borussia.

"C'est un moment extraordinaire, la campagne européenne dans son  ensemble se déroule parfaitement. Ce fut un match incroyable durant plus de 80  minutes, s'est extasié le coach allemand Jurgen Klopp. On a eu beaucoup de compliments cette saison, dont pas mal  étaient justifiés. En tant qu'entraineur, ça fait plaisir. Mais je ne veux pas  voir au-delà du 10 avril (dernier jour des quarts retour)". L'équipe allemande, qui reste pour l'instant dans l'ombre du Bayern en champioonnat, reste invaincue dans la compétition (5 victoires, 3 nuls),  entamée par une brillante 1re place dans un "groupe de la mort" où figurait notamment le Real qu'il pourrait retrouver après la qualification madrilène à Manchester United. Cela faisait quinze ans que le Borussia n'avait plus atteint ce stade de la compétition. "Le vainqueur de ce match sera en finale", avait pronostiqué le coach roumain Mircea Lucescu la veille. L'espoir peut donc logiquement désormais être  dans le camp de Dortmund. 

 

Christian Grégoire