Dortmund
La joie des joueurs de Dortmund | AFP - JOHN MACDOUGALL

Dortmund-OM : 3-0

Publié le , modifié le

L'Olympique de Marseille s'est incliné 3-0 face au Borussia Dortmund lors de la deuxième journée de la Ligue des Champions. Robert Lewandowski et Marco Reus ont été les bourreaux des Olympiens qui n'ont toujours pas inscrit leur premier point dans ce groupe F. La qualification pour les huitièmes de finale s'éloigne pour les Phocéens, le reversement en Europa League, lui, semble très difficile à atteindre.

Le film de la rencontre vu des réseaux

Cette fois, l'OM n'a pas fait de remontée fantastique. Pourtant, Marseille a été mené 2-0, mais au lieu de réduire le score, les Phocéens ont encaissé un troisième but sur penalty (79e) par Lewandowski qui a sonné le glas des espoirs marseillais. L'attaquant polonais, auteur d'un doublé, a été le symbole d'une équipe de Dortmund conquérante et désireuse de faire oublier cette désillusion d'il y a deux ans, où elle avait vu l'OM s'imposer 3-2 après avoir été menée 0-2, et cette défaite lors de première journée face à Naples. Ce succès 3-0 sur leur pelouse remet les Jaune et Noir à hauteur des Italiens (3 points chacun), battus 2-0 à Arsenal, alors que Marseille ferme la marche dans ce groupe F avec 0 point.

Le souvenir de cette victoire inespérée lors de la saison 2011 était sûrement dans les mémoires des Marseillais au moment de leur entrée sur la pelouse. Les premières minutes allaient pourtant leurs confirmer ce qu’ils savaient déjà. Ce Dortmund là n’est plus le même. Plus rapide, plus puissant. Même si la première alerte était à mettre au profit des Olympiens – ce face-à-face non converti de Khalifa dès la 8e minute – la domination, elle, était allemande. La vitesse des attaquants du Borussia mettait au supplice la défense marseillaise qui n’était sauvée que par son alignement. Mais sur un nouveau contre de plus de 70 mètres, la marée Jaune et Noir envahissait la surface phocéenne. Et des 6 joueurs montés à l’abordage, c’est Robert Lewandowski qui ouvrait le score (22e) sur un service de Durm, l’arrière gauche. Le Polonais n’était pas loin du doublé quatre minutes plus tard, mais Mandanda sortait la frappe de la jambe, tel un gardien de handball. Au plus fort de la tempête, Marseille sans remettait aux frappes de loin (Payet 26e minute) sans faire trembler Langerak.

Mandanda, la main qui flanche

Le capitaine olympien qui avait empêché Dortmund de faire le break en première période allait l’offrir sur un plateau aux Jaune et Noir. Sur un coup-franc anodin de Reus, Mandanda était surpris par le rebond et ne pouvait que constater les dégâts (52e minute). Revenus plein d’envie et d'espoirs des vestiaires, les Olympiens les voyaient douchés. Si il y a deux ans, les Marseillais avaient attendu ce handicap pour débuter leur remontée, cette année, ils n’ont pas pu. Pas su mettre à mal une défense allemande vigilante. C’est même Mandanda encore qui repoussait une nouvelle tentative de Durm (58e) avant de voir Lewandowski terminer le travail commencé par Reus. L’international allemand provoquait la faute de Nkoulou dans la surface et le penalty était converti par le Polonais (78e). A 3-0, la messe était dite. Le Mur Jaune et Noir que l’OM avait su gravir en 2011 était cette fois trop haut. Un peu à l’image de ce groupe F, celui « de la mort », dans lequel l’OM a bien du mal à exister.

Vidéo: l'analyse de Baup après la rencontre