De Monaco à Arsenal: Wenger, Henry, Petit et les autres

De Monaco à Arsenal: Wenger, Henry, Petit et les autres

Publié le , modifié le

Arsenal et Monaco se retrouvent pour un huitième de finale aller de la Ligue des Champions, l'occasion idéale de se rappeler que bon nombre de joueurs –et même un entraîneur- sont passés par les deux clubs.

Il n'y a pas de rivalité particulière entre les Monégasques et Gunners, on pourrait même parler d'entente cordiale. Depuis qu'il est arrivé à Londres en 1996, Arsène Wenger a souvent fait appel à des joueurs du championnat de France. Ce constat est plus particulièrement flagrant avec l'équipe qu'il a dirigée de 1987 à 1994, l'AS Monaco.

Depuis près de 20 ans à la tête d'Arsenal, Wenger a évidemment marqué les esprits. Outre ses qualités de tacticien, l'Alsacien est aussi et peut-être surtout reconnu pour avoir su détecter les jeunes talents, et les mettre en confiance pour en tirer la substantifique moelle. Si Thierry Henry a connu la brillante carrière que l'on connaît, il le doit certes à son talent, mais aussi à la confiance que lui a accordée Wenger après son expérience décevante à la Juve.

De Henry à Adeba​yor

Henry n'a pas été le seul ancien joueur de Monaco à avoir été recruté par Wenger à Arsenal. Après avoir passé neuf saisons à Monaco, Emmanuel Petit a été convaincu de rejoindre les Gunners en 1997 pour trois ans. D'autres tels que Gilles Grimandi (monégasque de 1991 à 1997 et Gunner de 1997 à 2002), Sébastien Squillacci (à Monaco de 2002 à 2006 et à Arsenal de 2010 à 2013) ont connu un parcours similaire.

Les joueurs français et également étrangers ont fait de même, à l'instar du Togolais Emmanuel Adebayor (de 2003 à 2006 à Monaco, 2006 à 2009 à Arsenal) ou encore le Sénégalais Armand Traoré, formé à Monaco de 2004 à 2005 et qui a passé cinq saisons à Arsenal (entre 2005 et 2012) ont porté les couleurs rouge et blanche, qu'elles soient du club anglais ou monégasque.

Il est intéressant de noter que tous ont pris la direction de l'Angleterre, mais jamais l'inverse. A croire qu'il fait mieux vivre Outre-Manche qu'en Principauté… Depuis que l'entraîneur français est en poste à Londres, les deux équipes ne s'étaient d'ailleurs jamais affrontées.  Le 17 mars prochain, Wenger prendra bien la direction de la Principauté, mais avec l'intention d'y repartir en vainqueur.

Romain Bonte