Thibaut Courtois, Atletico Madrid
Le gardien de l'Atlético Madrid Thibaut Courtois | JOSEP LAGO / AFP

Courtois grille la politesse au Barça

Publié le , modifié le

Son nul ramené de Barcelone en quart de finale aller de Ligue des champions (1-1), l’Atlético Madrid le doit autant au but exceptionnel de Diego qu’à la dernière demi-heure de grâce de son gardien Thibaut Courtois. A 21 ans, le Belge a déjà mis la Liga dans ses gants. Désormais, l’Europe est à sa main.

A ce rythme, Thibaut Courtois aura bientôt une statue aux abords du stade Vicente-Calderon. Sans la parade réflexe de son gardien sur une tête du Milanais Poli en 8e de finale aller de Ligue des champions, l’Atletico Madrid n’aurait peut-être pas retrouvé le top 8 européen après 17 ans d’absence. Sans un nouveau miracle à San Mamès samedi, les Colchoneros ne siégeraient pas sur le trône de la Liga. Et sans ses trois exploits au Nou Camp hier soir, ils auraient égaré quelques illusions en vue de réintégrer un dernier carré continental qu’ils ont perdu de vue depuis 1974. "Courtois  a été fondamental", l’entraîneur madrilène Diego Simeone après la prestation de son portier à San Siro. Un compliment compte-triple dans la bouche de l’Argentin, peu coutumier du fait.

Indiscutable dès son arrivée

A 21 ans, Thibaut Courtois ne s’encombre pas de considérations. Arrivé dans la capitale espagnole il y a deux saisons, l’international belge aux 15 sélections s’est immédiatement installé dans les bois. Dès son premier exercice chez les Matelassiers, il dispute 52 matches et s’octroie Europa League et Supercoupe d’Europe. Acteur majeur du titre de champion de Belgique du Racing Genk en 2011, puis acheté par Chelsea avant d’être prêté en Espagne, le Diable Rouge ne faiblit pas en 2012/2013. Vainqueur de la Coupe d’Espagne, le portier à l’envergure de condor (1,99 m, 91 kg) prend définitivement son envol. Il devient le plus jeune lauréat du "trophée Zamora", récompense offerte au meilleur gardien de Liga (29 buts encaissés). Qui n’est rien à côté des louanges tressées par l’exigeant Simeone. "Pour moi, n'importe quelle somme versée pour Courtois serait bon marché.  C'est un joueur jeune, qui a un immense avenir devant lui et qui est en passe de devenir un des meilleurs portiers du monde".

Une prophétie en passe de se réaliser si l’on en croit ses performances en hausse sur le sol espagnol (15 matches sur 30 sans prendre de but) et ses prestations de haute volée au plus haut niveau européen, qu’il découvre. Hier soir face au Barça, le natif de Brée n’a pas failli à sa réputation naissante. Peu inquiété jusqu’à l’heure de jeu, le Belge a gardé les siens à flots lorsque les Blaugrana ont mis un coup d’accélérateur. S’il n’a rien pu sur la frappe enroulée à bout portant de Neymar (1-1, 70e), Courtois a joué aux infranchissables sur une puissante demi-volée de Busquets (63e), une frappe enroulée au ras du poteau gauche d’Iniesta (73e) et un coup-franc de Messi en direction de sa lucarne (86e). Trois arrêts prenant place au rayon "classe mondiale". "Il va falloir essayer de marquer là-bas mais ce n'est pas un bon résultat pour nous", admettait Xavi après la rencontre.

Courtois entre Chelsea et l'Atlético

Au coup d’envoi dans une semaine à Vicente-Calderon, l’Atletico sera virtuellement qualifié. S’il reste imperméable, Thibaut Courtois enverra les siens en demi-finale. Un nouveau pas de géant dans la carrière d’un homme pressé, mais posé. "Je suis concentré sur l'Atletico et j'appartiens à Chelsea. Si quelqu'un en Europe veut me recruter, il doit parler avec Chelsea et le club anglais décidera ce qu'il veut faire". Courtisé par les plus grosses cylindrées européennes, le garçon garde la tête froide. Et la main chaude.

Jerome Carrere